Un des évadés d’Alcatraz envoie une lettre au FBI, 55 ans plus tard

S’il y a bien une prison dans le monde réputée pour être la plus menaçante c’est bien Alcatraz. Jugé comme infranchissable, les remparts de l’édifice ont essuyées pas moins de 36 tentatives d’évasion qui ont résulté à la mort des détenus.

Tout a néanmoins changé en juin 1962 lorsqu’un groupe de 3 hommes plongent dans l’eau de la baie de San Francisco pour s’échapper de celui que l’on surnomme « The Rock ». Leur histoire resta inconnue jusqu’en janvier 2018, lorsque la police reçu une lettre expliquant l’évasion. L’enquête est alors réouverte par le FBI qui tente de découvrir ce qui s’est réellement passé.

Contact de John Anglin

Par un matin ordinaire, le département de police de la ville de San Francisco reçoit une lettre pour le moins étrange.

Elle commençait par : « Je m’appelle John Anglin. Je me suis échappé d’Alcatraz en juin 1962 avec mon frère Clarence et Frank Morris. » C’est avec une grande surprise qu’a été accueillis cette nouvelle puisque les policiers de l’époque avaient conclus à la mort des trois évadés.

Mais la lettre est-elle vraie ? Et si non, quel est le but ?

2. La lettre qui a tout changé

Ce cas est devenu célèbre à tous les niveaux de la justice comme celui que l’on arrivait pas à expliquer. Plus de 50 ans après, l’écrivain affirme qu’il peut enfin raconter son histoire et lever le mystère.

Même si la lettre a officiellement été découverte en 2018, elle a en fait été reçu en 2013 par les services de police mais est restée secrète jusqu’alors. Bien que l’on ne sache pas pourquoi, c’est seulement 5 ans plus tard que le Bureau Fédéral des Investigations estima qu’il y avait suffisamment d’informations pour rouvrir l’enquête.

3. L’évasion impensable

Alcatraz fut, jusqu’à sa fermeture en 1963, la prison de laquelle il était le plus difficile de s’évader.

La sécurité maximale avait été mise en place afin que les pires criminels ne puissent pas entrer en contact avec le reste de la société. Nombreux sont ceux qui avaient tenté de s’échapper mais n’avaient pas réussi à quitter l’île. Durant 29 ans, aucun n’est parvenu à défier à sortir de cette prison.

Alors comment on fait les deux frères et leur acolyte ? Quelle a été leur stratégie pour franchir les niveaux les plus durs de l’époque ?

4. Le plan

Le plan était assez simple, même si le processus en lui-même nécessite le travail d’une équipe entière.

Des dizaines de détenus avaient autrefois travaillé ensemble dans l’espoir de s’évader néanmoins sans succès. Alors qu’elle a été la différence cette fois-ci ?

Sur les nombreuses tentatives qui avaient eu lieu dans le passé, aucune n’était arrivée au bout. Parmi les détenus qui ont essayé, 23 ont été attrapés, 6 ont été abattus, 2 se sont noyés et 2 ont été présumé noyés ou disparus.

5. Le commencement

On doit l’évasion la plus célèbre à un groupe composé des frères Anglin, John et Clarence, de Frank Lee Morris et Allen West.

Les quatre hommes, dont les cellules étaient proches, ont eu beaucoup de temps pendant leur incarcération pour planifier le plan de sortie idéal. Les deux frères connaissaient Frank Lee Moris depuis leur incarcération à Atlanta et ils ont du regrouper tout leur courage et récolter les ressources nécessaires pour mettre au point leur évasion.

6. Frank Lee Moris

Frank Lee Moris est un criminel rusé, compétent et intelligent qui avait déjà tenté de s’échapper d’une prison par le passé.

Devenu orphelin à l’âge de 11 ans, il est passé d’un foyer d’accueil à un autre et a donc appris très vite à devenir autonome et à s’occuper de lui. Il reste néanmoins un délinquant qui a commis son premier crime à 13 ans et a été reconnu coupable. Tout laissait à penser qu’il était destiné à la grandeur.

Ce n’est tout simplement pas celle à laquelle le monde s’attendait. En effet, il est entré dans les livres d’histoire pour être le meneur de la grande évasion d’Alcatraz.

Devenu adulte, Frank Lee Morris est rentré à plusieurs reprises dans une prison et dans différents états pour purger au final une peine dans le pénitencier de l’état de Louisiane surnommé « Alcatraz du Sud ».

Il purgea sa peine pour braquage de banque pendant 10 ans puis s’échappa. Après avoir passé un an dans le plus grand anonymat, il fini par se faire rattraper lors d’un autre braquage et est envoyé cette fois-ci à Alcatraz.

Les frères Anglin

Une bonne évasion nécessite une bonne équipe. Et c’est ce que Frank Lee Morris arriva à former lorsqu’il fut enfermé à Alcatraz. Connue sous le nom de « The Rock », elle se composa des deux frères John et Clarence Anglin et d’un homme nommé Allen West. Les frères Anglin sont nés en Géorgie avant de déménager en Floride avec leur famille.

Les parents étaient des fermiers saisonniers qui ont décidé de changer d’air pour leur travail. A chaque mois de juin, toute la famille, alors composée de 13 personnes, partaient pour le nord lorsque le temps de la cueillette des cerises était venue. C’est d’ailleurs une des choses qui servit lors de leur évasion d’Alcatraz.

John et Clarence Anglin ont du se débrouiller très jeune tout seul et apprendre à se suffire à eux-mêmes notamment lorsqu’ils atteignirent l’âge adulte.

Étant enfant, ils avaient l’habitude de partir dans le nord avec leur famille lorsque venait la saison de la cueillette des cerises. Ils montaient même parfois encore plus au nord notamment vers l’état du Michigan. Ces lors de ces grands déplacements, que les deux frères ont appris à nager dans le lac Michigan. Ce talent, développé étant enfant, leur a été d’une grande aide quelques années plus tard.

Une fois adulte, le duo ne s’est pas séparé pour faire ses braquages de banque et c’est donc ensemble qu’ils ont été arrêtés en 1956. Cela ne marqua néanmoins pas la fin de leur aventure.

La formation du groupe

Lors de leur séjour au centre pénitencier d’Atlanta, les deux frères ont essayé de s’échapper à de nombreuses reprises mais toutes se sont soldées par un échec.

Ils furent ensuite envoyé à d’Alcatraz, la prison de sécurité maximale et c’est là qu’ils rencontrèrent le cerveau du groupe : Frank Morris. Ensemble, avec l’aide d’un autre détenu nommé Allen Wst, et grâce aux expériences que chacun avait pu acquérir, le groupe de 4 tentent de mettre au point une stratégie pour s’échapper ou du moins, tenter de le faire.

Ils ont ainsi mis au point leur plan d’évasion : « The Rock ».

Au pénitencier fédéral, les détenus devaient travailler et « The Rock » leur fournissait toutes les ressources nécessaires. La prison était un bon moyen pour l’armée américaine de faire fabriquer des meubles, des vêtements et des chaussures. Le groupe de 4, étant donné que chacun était rentré pour un crime non violent, avait la chance d’être moins surveillés que les autres détenus d’Alcatraz. Les vigiles leur prêtaient également moins d’attention et c’est un point primordial dans leur histoire.

Le plan s’est mis lentement mais sûrement en place car il était à la fois complexe et ingénieux : le groupe voulait s’échapper de l’impénétrable Alcatraz mais aussi laissé derrière eux des mannequins humains…

La solution principale était de trouver comment sortir de l’île en évitant les gardiens. Néanmoins, les gardes d’Alcatraz étaient moins indulgents que ceux des autres prisons et ils étaient donc plus prompts à réagir avec des balles à toutes tentatives d’évasion.

Chaque membre avait sa responsabilité, en plus de s’assurer qu’ils puissent sortir de leur cellule le moment venu.

Les frères devaient s’occuper des mannequins et les laisser dans leurs lits une fois vide. Ils créèrent donc des mannequins avec des têtes grossièrement ressemblantes à partir de cire, de papier toilette et de cheveux humains, volés chez le coiffeur d’Alcatraz.

Morris devait lui modifier un accordéon pour en faire un outil permettant de gonfler un radeau et des gilets de sauvetage.

Le 11 juin de cette année-là, Frank Morris et les frères Clarence et John Anglin, tous condamnés pour braquages de banques, parviennent à s’évader. Durant des mois, ils ont creusé un tunnel à travers les murs à l’aide de cuillères aiguisées. Après le couvre-feu des gardiens, à 21 heures, les trois camarades mettent en place les derniers détails de leur plan. Dans leurs lits, ils installent de fausses têtes en plâtre et en papier mâché qui leur servent de leurres. Puis, le trio parvient à se rendre dans un couloir de service situé derrière leurs cellules. Ils montent ensuite sur le toit et descendent vers la mer, où ils retrouvent un radeau de fortune fait d’un assemblage de vieux manteaux de pluie et de gilets de sauvetage. Le lendemain, les gardiens découvrent leurs lits vides. Le FBI lance des recherches nationales, en vain. Personne ne sait alors si les trois hommes ont survécu à leur évasion. Des restes de leur radeau sont découverts quelques temps plus tard, mais jamais les agents ne pourront affirmer avec certitude que les prisonniers sont bien morts noyés, comme beaucoup le pensent.

« Ce n’est pas une blague »

En 2013, les autorités ont reçu une mystérieuse lettre manuscrite, qui n’a été dévoilé publiquement que cette semaine. «Mon nom est John Anglin. Je me suis évadé d’Alcatraz en juin 1962 avec mon frère Clarence et Frank Morris. J’ai 83 ans et je suis en mauvaise santé, j’ai un cancer. Oui, nous avons tous survécu, mais de justesse», peut-on lire dans ces mots dévoilés par la chaîne KPIX. Dans ce document, l’expéditeur explique qu’après sa fuite, il s’est installé à Seattle, puis dans le Dakota du Nord avant de poser ses valises en Caroline du Sud, où il vivrait toujours.

Toujours selon cette lettre, Frank Morris serait mort en 2008 et John Anglin en 2011. Puis, le texte se poursuit : «Si vous annoncez publiquement à la télévision que vous me promettez que je n’irais en prison qu’un an afin d’être soigné, je vous dirais exactement où je suis, ce n’est pas une blague». Devant un tel document, la police n’a eu d’autre choix que de rouvrir l’enquête. Des analyses ADN ont été réalisées mais elles n’ont pas été concluantes.

Pour le FBI, peu de doutes toutefois, les trois hommes ont bien perdu la vie en 1962. Mais pour la famille Anglin, les choses ne sont pas si claires. En 2013, leurs proches ont fait part d’étranges cartes reçues pour Noël et d’appels téléphoniques mystérieux de la part d’un homme dont ils étaient persuadés qu’il s’agissait de John Anglin. Il existerait même une photo datant de 1975 sur laquelle on peut voir deux frères travaillant dans une ferme d’Amérique du Sud. L’image aurait été prise à Rio par un certain Fred Brizzi, qui a grandi avec les frères Anglin et a succombé à un cancer des os en 1993. Il aurait donné cette photo en 1992 au neveu des deux hommes, Ken Widner. Ce dernier a un jour expliqué aux médias qu’il était certain que ses oncles avaient réussi leur traversée de la baie en 1962, indiquant avoir lui-même parcouru cette distance un jour. «Je peux vous affirmer que tous les trois ont survécu. Si je l’ai fait, ils ont pu le faire», a-t-il déclaré. La prison d’Alcatraz a été fermée un an après l’évasion des trois hommes. Après quelques années d’occupations par les Amérindiens, Alcatraz est devenue un site historique visité chaque année par des millions de touristes.

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom