UN SIGNE DE DIEU ? Une météorite s’écrase sur la Lune au moment où beaucoup de terriens observaient l’éclipse

C’est un minuscule flash lumineux qui a attiré l’attention des fans d’espace qui observaient, lundi 21 janvier, l’éclipse lunaire totale. Sur le site communautaire Reddit, l’un d’eux a signalé avoir repéré un flash de lumière sur les vidéos mises en ligne, vers 5h41 du matin.

Une observation qui a été également confirmée sur Twitter par Jose Maria Madiedo, astrophysicien spécialisé dans la recherche de météorites, comètes et autres astéroïdes, qui précise qu’il s’agit de l’impact d’une météorite.


Selon Jose Maria Madiedo, « c’est la première fois dans l’histoire de l’astronomie qu’un flash d’impact lunaire a été enregistré pendant une éclipse lunaire », a-t-il expliqué à NBC. S’il est très rare de pourvoir observer ces impacts, ils sont en réalité très fréquents sur la surface de la Lune, a aussi précisé Randy Korotev, un géochimiste de la Lune, à NBC.

Doit on qualifier ce phénomène comme le fait du hasard où alors de quelqu’un (DIEU) qui veux donner un signal fort aux hommes ?

Chez les arabes au temps du prophète (saws), 7e siècle de l’ère grégorienne, et d’autres peuples de la même époque, les phénomènes astronomiques inspiraient la peur et étaient intégrés dans des pratiques de nature astrologique et païennes. C’est ainsi que ces dits phénomènes étaient mis en rapport avec la destinée humaine, en bon ou mauvais présage « at-tattayur », que les arabes appelaient « ‘ilmut-ta thîr » (la « science » des effets des astres). L’apparition de telle ou telle étoile, à tel ou tel endroit dans le ciel et à tel ou tel moment, indiquait selon la prétention des astrologues, tel ou tel événement heureux ou malheureux pour les humains. Dans le cadre d’une telle cosmovision, un culte était voué aux astres notamment le Soleil et la Lune.

Le Coran rend compte de cette croyance idolâtre des Arabes avant l’islam et pas seulement eux. Les romains célébraient la fête la renaissance du soleil lors du solstice d’hiver (24 et 25 décembre de chaque année), à travers nombre de versets comme celui-ci :

           « Parmi Ses signes, il y a la nuit et le jour, le soleil et la lune. Ne vous prosternez ni devant le soleil, ni devant la lune, mais prosternez-vous devant Allah qui les a créés, si vous n’adorez vraiment que Lui » (Coran 41 : 37)

C’est dans ce cadre aussi qu’il faut comprendre les sévères mises en garde du prophète (saws) contre le recours à l’astrologie et à la pratique des présages. A l’avènement d’une éclipse solaire ou lunaire, les arabes d’avant l’islam offraient des sacrifices et faisaient des incantations en direction des statues posées jusque dans la Kaaba et considérées comme des divinités pouvant déjouer le mauvais sort ou attirer le bonheur. Cette croyance de nature astrologique était encore vivace au début des conversions des arabes à l’islam. C’est ainsi que lors du rappel à Dieu d’Ibrahim, fils du prophète (saws), âgé de deux ans, certains n’hésitèrent pas à faire le lien avec l’éclipse qui se produisit.

Alors, les hadiths rapportent selon les variantes que le prophète (saws) s’adressa à la masse pour réfuter tout lien entre le décès de son fils et ladite éclipse. Voici quelques variantes de ces hadiths : « Certes le soleil et la lune sont deux signes parmi les signes d’Allah. Il n’y a pas d’éclipse de soleil ou de lune pour la mort de quelqu’un ou pour sa naissance. Si vous voyez cela alors invoquez Allah, faites le takbir, priez et faites l’aumône… » (Bukhari et Muslim)  

Il ressort de tout cela que le Coran et les hadiths visent à établir une cosmovision, dans laquelle Dieu est le créateur et seul souverain qui a fixé des lois aux astres. C’est à Lui que les humains doivent vouer un culte exclusif, en tant que « Rabbul ‘alamin » (Maitre des mondes). A travers la prière, les takbir et l’aumône, dans d’autres hadiths, l’istighfâr le prophète (saws) substitue les pratiques idolâtres associées aux phénomènes d’éclipse par un culte au Dieu unique. Il ne s’agit donc pas de prendre le signe pour une divinité, mais plutôt d’y voir comment Dieu manifeste son Omnipotence et son Omniscience. Au lieu de vouer un culte aux signes du cosmos, l’Islam enseigne aux humains de le faire avec toutes les créatures pour le vrai et unique Dieu :

              « Les sept cieux et la terre et ceux qui s’y trouvent célèbrent Sa Gloire. Et il n’existe rien qui ne célèbre Sa Gloire par les louanges. Mais vous ne comprenez pas leur façon de Le Glorifier. Certes c’est Lui qui est Indulgent et Pardonneur » (Coran 17 : 44)

Au lieu d’avoir peur de l’éclipse, sauf s’il s’agit d’une crainte spirituelle au sens de ressentir notre petitesse face à la grandeur de Dieu, il doit être question de décrypter le signe qu’elle est. A cette fin, l’astronomie est une façon modeste à science d’humain d’y contribuer.


Voire aussi :

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom