Une attaque djihadiste dans une église au Burkina Faso fait au 24 morts

Cette attaque, qui aurait été perpétrée par des djihadistes dans le nord du pays, a également fait 18 blessés et plusieurs personnes ont été enlevées.

Une attaque djihadiste perpétrée dimanche 16 février dans une église protestante de Pansi, un village du nord du Burkina Faso, a fait 24 morts, dont le pasteur de l’église. Le gouverneur de la région du Sahel, le colonel Salfo Kaboré, a précisé qu’il y avait également 18 blessés et « des personnes enlevées ». Il s’agit d’un « bilan provisoire », a-t-il souligné dans un communiqué.

« Un groupe armé terroriste a perpétré l’attaque (…) au moment où des fidèles célébraient le culte de dimanche », a déclaré à l’Agence France-Presse une source sécuritaire. Selon le maire de la commune voisine de Boundoré, Sihanri Osangola Brigadie, les attaquants étaient une vingtaine. Ils ont séparé les hommes des femmes avant d’attaquer l’église. M. Brigadie a également expliqué que les djihadistes avaient enlevé trois jeunes.

Intensification des attaques

Les attaques  visant des chrétiens ne cessent de se multiplier. Cet assaut terroriste est le deuxième en une semaine dans la province de Yagha. Le 10 février dernier, sept personnes ont été enlevées au domicile d’un pasteur dans la ville de Sebba. Trois jours plus tard, les cadavres de cinq d’entre elles ont été retrouvés. Deux femmes s’en sont sorties.

Déjà, le 1er février dernier, 18 personnes avaient été assassinées par des jihadistes à Lamdamol, dans le nord-est du pays.

L’Onu a annoncé qu’en 2019, pas moins de 4 000 personnes ont été tuées par des groupes islamistes au Niger, au Mali et au Burkina Faso. Ces attaques meurtrières déclenchent la fuite des populations civiles qui abandonnent leurs villages. Depuis 2015, environ 600 000 habitants du Mali, du Niger et du Burkina Faso ont fui leur pays selon les Nations unies. 


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom