VIDÉO – Au Sénégal, L’ISRA accélère la production agricole de l’Artémisia

Le Covid-organics malgache à base d’Artémisia  serait un remède efficace contre le COVID-19. Au Sénégal, des tests sont en train d’être menés par l’équipe du Pr Seydi pour prouver son efficacité sur les patients. A l’ISRA des travaux sont entamés pour accélérer la production agricole de la plante.  

Malgré la polémique soulevée par la trouvaille des malgaches, ces derniers peuvent compter sur le soutien de certains pays africains dont le Sénégal. En effet, le chef de l’État Macky Sall, n’avait pas hésité à appeler son homologue malgache, Andry Rajoelina, pour le “féliciter” et lancer une première commande du “Covid-Organics”.

Hier, le professeur Seydi avait révélé que « le Directeur de la Pharmacie a déjà reçu un échantillon sur lequel il est en train de travailler pour voir comment faire une évaluation scientifique de l’Artémisia »

Cependant, dore et déjà la demande est forte pour cette plante miracle. Des dizaines de distributeurs de la tisane à Dakar, vendue sous le label “Lion Vert”, contactés, indiquent qu’ils n’ont plus le “sésame” en rayons. 

L’ISRA à fond sur la Recherche et la Production

Pour appuyer la forte demande, l’Institut Sénégalais de Recherches Agricoles à travers son Laboratoire de Recherches sur les Productions Végétales, a entrepris récemment des études qui ont abouti à la mise en place d’un protocole de production rapide grâce à l’utilisation d’outils de biotechnologie végétale appelé “culture in vitro“. Une méthode éprouvée au sein de l’unité URCI du laboratoire qui permet de produire en si peu de temps des milliers de plants sains et viables.

D’après la Directrice du LRNPV, Dr Ndeye Laure Tall, “il était important d’introduire l’Artémisia en culture in vitro pour lever au moins une des contraintes de production de la plante à savoir le stade de semis très difficile à maitriser. Et donc cette cette biotechnologie est l’outil idéal qui permet de shunter cette étape du développement de l’Artémisia. “

D’après toujours elle : “Même si pour le moment aucun financement n’est disponible pour soutenir les travaux, elle et son équipe avaient décidé de s’y lancer afin d’anticiper sur la très forte demande. Par ailleurs, des recherches sont envisagés afin de mieux maîtriser son adaptation aux contraintes climatiques et environnementales locales.

Voici en vidéo un aperçu de comment le LNRPV s’y prend au sein de son Unité de Culture In Vitro (URCI) : 

 


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom