Vidéo – Voici la sortie de Ousmane Sonko qui fâche le patron de D-Media, Bougane Gueye Dani

    En tournée à Ziguinchor, Ousmane Sonko, s’est fendu d’une sortie pour s’en prendre à des leaders d’opposition au Sénégal. Une sortie qui a fait réagir le Directeur de D-média par ailleurs leader politique, qui s’est senti visé par les propos du leader de Pastef les Patriotes.

    Le chef de file de Pastef, Ousmane Sonko, a fait face à la presse ce lundi à Ziguinchor, après une tournée qui l’a mené dans différents quartiers de la ville du sud, victimes d’inondations lors des dernières pluies. Ousmane Sonko qui est revenu sur les attaques orchestrées par d’anciens candidats à la présidentielle après sa sortie dans la banlieue, n’y est pas allé de main morte, il a lancé des piques empoisonnées à ses détracteurs.

    « Certains opposants de circonstance avancent qu’on ne devait pas profiter de notre visite pour dénoncer l’échec du gouvernement dans la gestion des inondations, alors que le président avait dit qu’avec son plan tous les problèmes étaient derrière nous. On se demande ce qu’ils veulent réellement, cette opposition de Macky, créée de toutes pièces, financée pour guetter la moindre sortie de Pastef. Mais les Sénégalais sont avertis car ils ne leur ont même pas donné l’opportunité de franchir le cap des parrainages », a lancé Ousmane Sonko.

    Le député de revenir à la charge pour clarifier la démarche de Pastef et demander aux citoyens d’être plus exigeants avec les politiques, « partout, ils avancent qu’Ousmane Sonko n’a rien donné aux sinistrés, il vient avec des discours les mains vides, on leur rappelle que toutes nos donations se font dans la pudeur et le désintéressement total. À Keur Massar, une enveloppe a été octroyée aux populations à l’abri des caméras, et c’est comme cela qu’on fonctionne. Les populations doivent forcer les élus à régler leurs problèmes structurels et non à leur distribuer des miettes dérobées des deniers publics ».

    En marge de la visite, le Pastef a mis sur la table une somme d’un ( 1) million de francs Cfa pour le lancement d’un fonds et 75 tonnes de ciment pour aider à la reconstruction des maisons détruites par les inondations à Ziguinchor, Bignona et Nyassia.

    La réaction Bougane Gueye Dani …

    En tournée à Ziguinchor, Ousmane Sonko, s’est lancé dans des diatribes dont lui seul a le secret. En réalité, il s’agit d’une chanson sémantique où le verbe le plus utilisé n’est autre qu’attaquer de manière maladroite. Visiblement éclipsé par ma descente pour joindre l’acte à la parole en offrant aux sinistrés de la banlieue dakaroise et de la ville de Saint-Louis plusieurs motopompes et des milliers de litres de carburant, Ousmane Sonko a paru comme quelqu’un qui a suffoqué pour avoir essayé d’avaler un os politique au moment où les populations des zones inondées n’attendent rien d’autres que des plats de solutions. Sans me citer nommément, Sonko a défendu ceci : “un politicien de circonstance qui croit qu’avec ses milliards, il pouvait s’engager à la présidentielle et la gagner n’a même pas pu avoir des parrainages.” Il ajoute : “les acteurs de l’opposition ne s’opposent pas au régime de Macky. Ils ne sont pas des opposants au pouvoir, ce sont des opposants du pouvoir. Ils s’opposent aux opposants.”

    Adepte du “je” de la médisance, celui qui se croit au-dessus de tout d’aller plus loin en avançant qu’au “Sénégal, les acteurs politiques de premier rang sont Idrissa Seck, Macky Sall, Khalifa Sall et moi. Macky est le premier acteur parce qu’il détient le pouvoir étatique. Mais politiquement je considère que je suis devant lui. Pour moi, je suis le premier acteur politique du Sénégal.”

    Frappé par le Corona-prétention et la paludisme de la mémoire courte, Ousmane Sonko a certainement oublié qu’il est à l’origine de la suspension du signal de Sen Tv au soir du 31 décembre 2019. Seulement, la meilleure interrogation est de se demander pourquoi et comment de tels propos envieux ?

    Pourquoi ne peut-il pas offrir cinq litres de carburant aux populations sinistrées que de verser dans le concert de la parole sans retourner sept fois sa langue.

    Ce qui est sûr, le chien aboie et la caravane passe. Dans le chaud désert, il risque de suer face aux actions du/des “milliardaires” qui travaillent à offrir de l’ombre à ceux qui en ont besoin.

    En tout cas en 2012, les Sénégalais ne connaissaient pas encore Ousmane Sonko. Et, lors des inondations de cette année, en 3 jours, à travers la fondation, j’avais pu mobiliser près de 500 millions francs CFA pour le seul bénéfice des populations sinistrées.

    C’est dommage qu’en 2020 des incapables et des jaloux m’obligent à descendre sur le terrain pour aider encore des concitoyens dans le désarroi.


    FAIRE UN COMMENTAIRE

    SVP faire un commentaire !
    SVP entrer ici votre nom