ARTP : Macky prolonge en catimini le mandat non renouvelable D’Abou Abel Thiam : « Vive le Parti, en bas la Patrie »

Abou Abel Thiam de nouveau dans ses fonctions. Son mandat unique arrivé à expiration, le 8 janvier dernier, le chef de l’Etat a signé un décret pour le reconduire en catimini, selon des sources sûres à l’avenue Léopold Sédar Senghor. Lesquelles rapportent que le texte est passé dans ce contexte où le «Patron» claironne partout que c’est la patrie avant le parti.

On rigole beaucoup au sein même du pouvoir. Cela, parce qu’à moins de deux moins de la grande guerre du 24 février, le château est en train de renier tous ses principes claironnés durant le septennat.

Alors que le chef de l’Etat clame haut et fort, que ce sera «la patrie avant le parti», certains de ses sbires, qui salivaient sur le juteux fromage du collègue des délégués de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp), constatent plutôt la «fratrie et le parti avant la patrie». Une devise que confirmerait le changement en catimini des règles du jeu à l’Artp où le poulain du chef de l’Etat au collègue de délégués s’est vu confirmer en douce dans ses fonctions alors qu’il devait faire un mandat unique de 5 ans.

En poste depuis le 9 janvier 2014, Abdou Abel Thiam vient, selon des sources dignes de foi, d’être reconduit dans ses fonctions de patron du collège des délégués avec les sept autres membres du collège, nommés par décret après appel public à candidatures pour un mandat irrévocable de cinq ans non renouvelable.

Selon nos sources, pour ne pas avoir à cautionner l’illégalité, le «Patron», qui ne semble pas vouloir frustrer certains de compagnons de galère dans ce contexte préélectoral où son système joue sa survie, a pris un décret pour prolonger son mandat. Lesquels ont marqué leur quinquennat par une performance mémorable raboter de 13 à 1,5 milliard de francs Cfa l’amende infligée à l’opérateur historique, Sonatel, pour violation du droit du client à l’information. Une perte en or qui aurait pu boucher les vilains trous des finances publiques.

Ayant jeter à la poubelle les textes pour permettre à son candidat de rester en poste, Macky Sall et ses hommes montrent à qui veulent le voir qu’ils sont au pouvoir et font ce qui les enchante dans cet organe délibérant et instance décisionnelle de l’Autorité de régulation qui a depuis sa création plus fait parler par les scandales financiers que par des performances technologiques dans la régulation, avec notamment le renouvellement presque cadeau du contrat de concession de Sonatel couplé à une licence 4G pour des miettes.

Journaliste, expert en communication et relations publiques, Abou Abel Thiam, avait été nommé par décret n° 2014-12 du 9 janvier 2014, pour une durée de cinq ans non renouvelable, président du Collège de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes.

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom