« El Hadj Djily Mbaye : La saga d’un sage milliardaire» de Louga

Les bonnes feuilles de «El Hadj Djiily Mbaye : La saga d’un sage milliardaire», le livre de Mansour Gaye qui sera présenté à la Place du Souvenir africain demain samedi 26 janvier 2019. Le livre dévoile, pour la première fois, la face cachée du milliardaire que les populations de Louga continuent encore de pleurer.

L’homme d’affaires Djily Mbaye, sans avoir jamais fréquenté une école de commerce, a vite compris qu’en investissant, non seulement il fait du profit, mais il contribue aussi, à travers la production de biens et services, à l’élargissement de l’éventail de choix de consommation des ménages et entreprises. Dès lors, il ne cessa, en véritable homme d’affaires, d’opérer de fructueux investissements bénéfiques pour une importante frange de la population. Ainsi, il a participé au montage ou à l’essor de nombre de nouvelles sociétés au Sénégal, en entrant dans leur capital.

Par ce moyen, Djily Mbaye ne visait pas seulement à faire un gain personnel, mais il voulait aussi permettre à des milliers de travailleurs de gagner honnêtement leur vie. il participait ainsi à la réduction du chômage dans un pays qui verra son taux de chômage aller crescendo au milieu des années quatre-vingt, à cause des impitoyables programmes d’ajustement structurel imposés par les institutions de Bretton Woods à l’Etat du Sénégal sous Abdou Diouf. L’année 1980 sera marquée d’une pierre blanche dans les investissements réalisés par Djily Mbaye.

C’est en effet, en cette année-là, qu’il acheta un grand immeuble sis à l’avenue Hassanii (ex-Albert Sarraut), à la Place de l’indépendance de Dakar, en plein centre-ville. Il s’agit de « l’immeuble des Allumettes « . Appelé aussi « Building des allumettes ». Ce bâtiment de onze étages fut construit en 1952 par la Société Chaufour-Dumez pour le compte de la Société industrielle et forestière des allumettes (Sifa), promotrice de la fameuse Compagnie africaine forestière et des allumettes (Cafal) alors dirigée par Jacques Lacombe.

Cet entrepreneur français avait réussi, grâce à un financement de la Banque d’indochine, à implanter la Cafal et cet énorme actif immobilier au Sénégal. Mais, à la fin des années 70, le groupe de Lacombe, qui comptait des filiales dans de nombreux pays africains, commença à enregistrer des pertes qui, plus tard, culmineront à 27,6 millions de francs français 25.

Cette situation poussa la Sifa à mettre en vente son joyau immobilier niché au cœur de Dakar. Les postulants étaient nombreux, mais la Sifa, pressée par le besoin, voulait vendre cash. Cette condition, seul le locataire du premier étage de l’immeuble pouvait la remplir. Ce locataire, c’était… Djily Mbaye. Convaincu par son ami Mbaye Diakhaté, il réalisa ainsi son vieux rêve en achetant l’immeuble au montant de 400 millions de francs CFa. Pourtant, au début des années 1970, lorsqu’il quittait ses locaux de la rue Robert Brun de Dakar pour le « Building des allumettes », plusieurs de ses proches avaient tenté de l’en dissuader, au motif qu’il lui serait difficile de supporter des charges locatives de 80.000 francs mensuels.

Mais Djily Mbaye, croyant en sa bonne étoile, renvoya ses amis, dont Kader Gaye, au Coran, sourate 63, versets 7 et 8. Ces extraits du Livre saint disposent que Dieu accorde Ses trésors des cieux et de la terre à qui il veut, quand il veut. Djily Mbaye ajouta, à l’endroit de son ami Kader : « aujourd’hui, je suis locataire dans cet immeuble, mais mon ambition est d’en être, un jour, par la grâce de Dieu, le propriétaire. » Dieu l’entendit et, quatre années seulement après avoir acquis le building, le groupe Djily Mbaye créa une nouvelle branche avec la construction d’autres immeubles à Dakar. Ainsi, en 1983, sachant que la Place de l’Indépendance est très prisée aussi bien par les particuliers, que par les structures et organisations en quête d’un emplacement stratégique, il entreprend son premier chantier de Dakar : un édifice comprenant un sous-sol à deux niveaux, un entre sol, un rez-de-chaussée et dix-sept étages.

C’est le grand immeuble Abdallah Fayçal. Construit par l’Entreprise générale du Cap Vert de travaux publics et particuliers (EGCAP Sa), dirigée par ido Ricchetti (1924– 2009), architecte français d’origine italienne, cet immeuble qui se situe à la rue El Hadj Amadou Assane Ndoye x Huart coûtera trois milliards à la société de l’homme d’affaires. Avec l’achat du building de la Cafal dans lequel est logée la Saim indépendance et la construction de ce nouveau bâtiment, Djily Mbaye avait là une base pour propulser convenablement ses transactions immobilières.

Il devint du coup, l’un des plus grands promoteurs immobiliers que le Sénégal ait jamais connus. À partir de ce moment, son puissant groupe s’attela à acheter des terrains nus, souvent accidentés, qu’il viabilisait pour y aménager des parcelles ou des logements destinés à la vente. Ainsi, plusieurs cités résidentielles et immeubles grand standing portant l’empreinte du célèbre promoteur, seront érigés au Sénégal, entre 1979 et 1987, pour répondre à une demande accrue de logements. Le premier de ces projets immobiliers a été la Cité Djily Mbaye de Yoff qui date de 1979.

Cette cité s’étend sur une superficie de 24 hectares pour 505 parcelles. L’ensemble des travaux d’aménagement du site aura coûté 680 millions de francs Cfa (achat du terrain inclus) à la Saim. Celle-ci vendra aussitôt le 1/3 du terrain à la BCEAO-Siège pour un montant de 724 millions. Ce domaine abritera des villas destinées au logement des cadres de la banque des banques ouest-africaines. Ce site deviendra vite un quartier huppé, avec un grand centre aéré en bordure de plage. Pour sanctionner la participation remarquable de Djily Mbaye à l’allégement des difficultés liées au foncier et à l’immobilier qui prévalaient dans la capitale sénégalaise, M. Mamadou Diop, alors maire de Dakar, donna officiellement à la cité le nom du grand promoteur immobilier.

Deux années plus tard, en 1981, une autre cité, la cité Fayçal, sur-git de terre. Réalisée par EGCAP, cette cité se trouve au croisement Cambérène, non loin de la nouvelle autoroute à péage de Dakar. Elle est composée de cinquante-trois logements grand standing dont les superficies varient entre 700 et 900 mètres carrés. Si les études ont commencé en 1977, la cité ne sera construite qu’en 1981 et aura coûté un milliard de nos francs. Elle finira par être vendue à l’Etat du Sénégal. À ces deux grands projets immobiliers, il faut ajouter l’érection, dans le quartier du Plateau, à Dakar, d’un immeuble de huit étages sis à l’avenue El Hadj Amadou Assane Ndoye et un autre de sept niveaux à la rue Carnot.

Enfin, à Louga, sa ville natale, Djily Mbaye a construit une cité de cent logements (voir chapitre 6). De l’immobilier, le magnat de la Saim glisse allègrement vers les finances en intégrant le capital de banques prospères comme la Banque de l’habitat du Sénégal (BHS).Créée en 1979 par l’Etat du Sénégal, la BHS est spécialisée dans le financement de logements dans tout le pays. L’actionnariat était dominé par les banques commerciales, des compagnies d’assurances et immobilières, mais, Djily Mbaye réussit à être détenteur de 4,54 % des actions. Son choix a payé pour qui connaît son souci constant d’être un homme d’affaires au service du développement de son pays et du bien-être de ses concitoyens, car la BHS, en trois décennies, a logé 40.000 familles pour un investissement de près de 200 milliards de francs CFa. En1981, Djily Mbaye participe à la constitution du capital de départ de la Banque islamique du Sénégal (BiS).

Dénommée Masraf Fayçal al Islami à ses débuts, la BiS a été constituée le 22 février 1983 sur la base d’un protocole signé le 14 octobre 1981 entre le président Abdou Diouf et le fils de Son altesse le roi Fayçal, le prince Mohamed Fayçal al Saoud, alors président du groupe bancaire Dar Al Mal Al Islami (Dmi). Tout est parti de l’idée du prince Fayçal de créer une banque islamique privée, pour satisfaire les besoins en services financiers des populations musulmanes qui ne pouvaient accéder aux services de la Banque islamique de développement(BiD), plus proche des états que des particuliers.

Ainsi, en collaboration avec un groupe de chefs d’Etat africains dont les plus en vue étaient Omar Bongo du Gabon, Ahmed Sékou Touré de la Guinée, Seyni Kountché du Niger et Shehu Shagari du Nigeria, il mit en place la société Trust Dmi, dont l’objectif principal était d’implanter un réseau de banques spécialisées en finance islamique en Afrique.

Djily Mbaye, étant très proche du promoteur saoudien, réussit, avant même que le projet fût lancé dans certains pays arabes comme l’Arabie Saoudite, et au Maghreb, à implanter la première banque islamique au Sénégal. Au titre d’un apport en nature, il affecta à la banque son siège actuel de l’immeuble Fayçal. Il en était l’actionnaire individuel le plus important avec environ 25% des actions. Assane Diop, le frère de son épouse, Ndèye Katy Diop, fut le directeur général de la BiS. L’homme d’affaires lougatois venait de faire de son pays, le pionnier de la Banque islamique en Afrique subsaharienne et l’un des précurseurs de la finance islamique de parle monde26. Djily Mbaye dut toutefois céder plus tard ses actions à la suite d’une recapitalisation imposée par les difficultés de l’institution bancaire pendant plus d’une décennie.

En effet, en 1989, en pleine période d’ajustement structurel marquée par des coupes budgétaires draconiennes, des fermetures d’entreprises publiques en cascade et un environnement des affaires des plus moroses, la BiS s’installa dans une crise profonde qui lui fera perdre ses clients et, provisoirement, son agrément. C’est le début d’une période épouvantable qui ne prendra fin qu’avec la nomination de Babacar Ndoye, d’abord comme directeur général adjoint en 2004 puis comme directeur général en 2009.

Celui-ci, aidé par une équipe dynamique de cadres dont son adjoint Oumar Mbodj, va impulser un processus de redressement de la banque devenue entre-temps propriété de la BiD. La thérapie choisie par le DG et son groupe a été, selon la formule du magazine Réussir, un « électrochoc » salutaire.

En effet, le processus de recapitalisation de la banque a donné des résultats qui ont dépassé toutes les attentes. À titre illustratif, là où la BCEao demandait 5 milliards, la nouvelle équipe fit passer les chiffres de 2,7 milliards à 10 milliards en 2009. La BiS se positionne aujourd’hui parmi les banques les plus performantes du pays. Cette performance lui a permis de sextupler son réseau d’agences, de quadrupler ses fonds propres et de tripler son chiffre d’affaires 27. En 1980, la Saim investit un autre créneau redouté par les privés du fait des investissements trop lourds qu’il requiert : l’industrie pétrolière.

Cette année-là, débute sa collaboration avec la Société nationale de droit français Elf aquitaine (SnEa), dont Djily Mbaye devint actionnaire, avec une prise de participation de 15 % pour une somme qui dépasse le milliard de francs CFa.

Présent au Sénégal depuis 1950, le groupe Elf, devenu SnEa en 1976 puis Total Fina Elf depuis 2000, est une société française d’extraction pétrolière qui entama des prospections pétrolières à l’intérieur du pays en cette année 1980, juste après l’obtention, le 9 janvier de l’année précédente, d’un permis d’exploration d’une superficie de 73.000km2, comprenant les deux périmètres prometteurs de Diourbel (53.225 km2 pour une recherche on-shore) et de Ziguinchor (19.775 km2 pour une double recherche offet on-shore). n’ayant trouvé aucune trace de pétrole, la SnE a fini par renoncer à son permis en 1984 en cédant la place à une entreprise concurrente, Petro Canada. Djily Mbaye ne baissa pas les bras pour autant.

« El Hadj Djiily Mbaye : La saga d’un sage milliardaire» de Louga

Djily Mbaye avec Habib Thiam

En 1984, sa société, la Saim participe, avec d’autres partenaires tels que l’ancien Premier ministre socialiste Habib Thiam et des associés danois et finlandais, à la création d’une nouvelle société agroalimentaire, la Société de conserves agricoles (Soca), dont des Sénégalais détenaient les 70 %. Le montage de cette société a nécessité trois ans et les travaux neuf mois. Les activités ont démarré au tout début de 1988. Pour la première fois, une unité industrielle laitière révolutionnaire venait d’être installée au Sénégal. Dotée d’un équipement ultramoderne, la Soca avait une cinquantaine d’employés à ses débuts et était réputée pour la qualité de ses produits et le respect strict des règles d’hygiène. Le lait, pasteurisé, homogénéisé et mis en boîtes par l’unité industrielle, était produit par trois cents Jersiaises acheminées du Danemark et élevées dans une grande ferme d’élevage intensif aménagée sur cinq hectares, dans la savane des grands baobabs des Niayes, à une cinquantaine de kilomètres au nord de Dakar.

Parallèlement à la production laitière, la Soca, qui avait le banquier Mabousso Thiam, fils d’Habib Thiam, comme directeur général, fabriquait des jus à base de fruits locaux. Dans cette affaire, ce groupe de promoteurs sénégalais n’était pas mû que par la rentabilité. Ce projet était aussi la manifestation d’une forme de nationalisme de la part de Djily Mbaye et ses partenaires. Le journaliste Abdallah Faye de l’agence de presse internationale Syfia, dans un article daté du 1er septembre 1989, rapporte les explications des promoteurs de la Soca : « Le Sénégal importe près de 10 milliards de francs CFa de produits laitiers qui pèsent lourd sur la balance commerciale. (…) il est (…) possible de produire du lait sur place, et moins cher, en grignotant la part de marché des importateurs. »  Ils  avaient parfaitement assimilé la théorie macroéconomique selon laquelle, en commerce international, l’importation fait perdre des devises au pays importateur. À partir de 1983, commence une autre aventure.

« El Hadj Djiily Mbaye : La saga d’un sage milliardaire» de Louga

Le secteur du gaz avec Tullow oil

Djily Mbaye investit le secteur du gaz en partenariat avec Tullow oil, société britannique de droit irlandais dirigée par Aidan Heaveyn. Leur partenariat portait sur le financement à court terme d’un projet d’exploitation d’un gisement de gaz se trouvant à Diamniadio. Finalement, ce projet, qui séduisit vite l’Etat du Sénégal, sera exploité par les trois sociétés que sont Tullow (38 %), Saim (10 %) et la Société des pétroles du Sénégal (Petrosen), créée en 1981 par l’Etat (52 %). La société britannique monta ses machines et Djily Mbaye, représenté par son groupe, injecta un milliard de nos francs dans l’affaire. Les recherches mirent au jour du gaz et du fuel, pour une production estimée à 8,8 millions de mètres cubes. De gros clients comme la Société nationale d’électricité (Senelec), qui s’en servait pour l’alimentation de ses turbines à gaz, firent des commandes régulières et, en 1987, Tullow se fait référencer pour la première fois à la bourse de Londres. Ainsi, au bout de trois ans, la Saim réalise un bénéfice de 4 milliards de francs CFa. Malheureusement, le groupe de Djily Mbaye sera retiré arbitrairement du projet par des « mains invisibles ».

Djily Mbaye peut toutefois se réjouir d’avoir contribué à l’essor d’un groupe qui, après le Sénégal, s’installera dans beaucoup d’autres pays d’Afrique. Tullow ne sera pas le seul projet d’avant-garde de Djily Mbaye. En effet, en 1990, Ibrahima Sall, ce négociateur confirmé, en sa qualité de directeur de la Saim, proposa à son patron qui adhéra aussitôt au projet, d’investir un autre secteur: la presse. En effet, les discussions qu’il avait entreprises à Paris avec le journaliste français Hervé Bourges puis avec Serge Adda, respectivement président et directeur de la société de télévision cryptée Canal+ Horizons Sa, ont conduit à l’implantation d’un « club» Canal+Horizons au Sénégal. À ce moment-là, la chaîne était sur le point de démarrer un projet similaire au Cameroun. Le projet a été abandonné au profit du Sénégal grâce au pragmatisme de la Saim, plus en vue au plan international.

C’est ainsi que, sur recommandation de Djily Mbaye, Hervé Bourges informa le président Abdou Diouf du projet. Convaincu de l’avenir prometteur de cette chaîne, ce dernier lui donna son aval et recommanda à son conseiller spécial, Fara Ndiaye, de piloter le projet au nom de l’Etat, avec la participation de Moustapha Niasse et d’Habib Thiam. L’établissement officiel de Canal+ pouvait donc débuter.

Le souhait de Djily Mbaye était que l’instigateur, Saim, prît plus que la moitié des actions. Le groupe fut finalement obligé de se contenter de 10% des actions. Et le 11 juillet 1990, la société Canal Horizons Sénégal est officiellement constituée avec l’exploitation d’une chaîne de télévision à péage comme principal objectif. Fara Ndiaye en devint le directeur. Le 21 décembre 1991, la filiale sénégalaise de Canal Plus Horizons émet ses premières images à Dakar. Les populations de la capitale sénégalaise accueillirent, euphoriques, l’enrichissement du paysage audiovisuel avec ce bouquet de chaînes. Le Sénégal peut dès lors s’enorgueillir d’avoir été le premier pays africain à bénéficier de ce saut dans le futur.

Rappel à DIEU en 1991

La même année, Djily Mbaye quittait ce bas monde après avoir contribué, grâce aux images d’Afrique diffusées à flux continu sur Canal, à rendre son continent visible sur les satellites. Dans la programmation de Canal Horizons, le sport, notamment le football, européen comme africain, occupait une place de choix. Le cinéma africain et arabe n’était pas en reste. De nombreuses co- productions (documentaires et longs métrages) sont à mettre à l’actif de la chaîne qui, entre-temps, avait étendu ses tentacules sur d’autres territoires africains tels que la Tunisie et la Côte d’ivoire. Le puissant groupe de Djily Mbaye, également tentaculaire, détenait des parts dans le capital de plusieurs autres grandes sociétés déjà implantées au Sénégal.

C’est le cas de la CBAO (aujourd’hui attijari Bank), de la SDV, branche Transport du groupe Bolloré Africa Logistics, de la Prévoyance assurance, de la Société électrique et industrielle du Baol (SEIB) qui approvisionnait Senelec en énergie électrique, de la Société commerciale des ports de l’Afrique occidentale (Socopao), filiale de la Société commerciale d’affrètements de combustibles (Scac) qui s’active dans le transit portuaire et la commercialisation de ferments industriels et des biofertilisants, de la Société sénégalaise de marbres (Sosemar), de la Société sénégalaise de recherche de pétroles (Soserep).

Ailleurs en Afrique, plus précisément en Côte d’ivoire, l’entrepreneur de la Saim réussit à intégrer le prestigieux Conseil d’administration de l’un des plus beaux fleurons industriels du continent : la SiFCa. Pour assurer une réussite incontestable à la majorité de ces entreprises, Djily Mbaye s’est certes servi de son entregent, mais aussi de l’intelligence que lui reconnaissaient tous ses amis commerçants.

Il peut se réjouir d’avoir été à l’origine de la création du premier groupe privé du Sénégal respecté à travers le monde. Aujourd’hui , la perpétuation de cet illustre acquis de l’entreprise familiale est à la charge de deux de ses fils. D’aucuns le considèrent, à tort ou à raison, comme le plus riche Sénégalais de tous les temps, devant son collègue et ami El Hadj Ndiouga Kébé. Quoi qu’il en soit, il reste incontestable qu’aucun Sénégalais, dans ce pays, n’a, à ce jour, investi dans le social autant que Djily Mbaye, viscéralement attaché qu’il était à son pays et à sa ville natale, Louga. Djily Mbaye et Ndiouga Kébé n’étaient pas seulement liés par la communauté mouride. Ils partagent aussi leur origine ndiambour- ndiambour. En témoignage de leur amitié, c’est Djily Mbaye qui avait baptisé en Sierra Léone, Bassirou Kébé, le fils aîné de Ndiouga»

« El Hadj Djiily Mbaye : La saga d’un sage milliardaire» de Louga
PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom