Collision entre un bus et un minicar : 25 morts sur la route de Kébémer

C’est encore l’émoi et la consternation dans les régions de Louga et de Saint-Louis où les populations ont appris le décès de 25 personnes, victimes d’un accident d’une rare violence, qui s’est produit lundi vers 6 heures sur le tronçon routier compris entre Kébémer et Sagatta.

Il s’agit d’une collision entre un minicar qui venait de Saint-Louis et un bus en provenance de la ville sainte de Touba-Mosquée. Ces deux véhicules de transport en commun roulaient à une allure vertigineuse. Après avoir évité, avec une dextérité remarquable, de heurter un véhicule qui était stationné sur la chaussée, le chauffeur du minicar s’est retrouvé aussitôt après en face du bus. Le choc était indescriptible. En cette période du grand Magal de Touba, les chauffeurs de transport en commun n’hésitent pas à appuyer sur l’accélérateur en vue de déposer rapidement les passagers à Touba et de reprendre la route pour aller chercher d’autres clients.

Pour ce faire, non seulement ils roulent à tombeau ouvert mais le plus souvent, une fois agrippé au volant, ils se retrouvent dans les bras de Morphée. Un comportement qui est à l’origine de tous ces accidents mortels qu’on enregistre régulièrement dans notre pays. Pour l’heure, les commentaires et autres supputations vont bon train dans la capitale du Nord.

Une Cellule de crise mise en place à l’hôpital de Louga
Le tragique accident qui s’est produit, hier, sur la route de Touba, entre Kébémer et Sagatta, a mobilisé l’ensemble des autorités administratives et médicales de la région de Louga. Aussitôt informé, le gouverneur Alioune Badara Mbengue s’est rendu à l’hôpital Amadou Sakhir Mbaye, au chevet des victimes. Sur place, c’était l’émoi et la consternation. Un corps médical mobilisé mais visiblement débordé. Surtout aux services des urgences. Et un tour à la morgue permet de mesurer véritablement l’ampleur de la catastrophe. Tous les tiroirs étaient pleins. Et faute de places, 13 corps étaient étalés sur des tables. « Je ne me souviens pas avoir vécu une journée si macabre », lance, consternée, une blouse blanche. L’atmosphère était tout simplement insupportable. Difficile de maîtriser les proches et parents, certains pleuraient, d’autres sanglotaient, sous les yeux impuissants du chef de l’exécutif régional, Alioune Badara Mbengue, venu partager la douleur des familles éplorées.

Parmi les 5 blessés, il y a deux petits enfants, tous admis au Centre de santé de Kébémer. « Le nombre de morts montre à suffisance la violence du choc. C’est terrible », a commenté le gouverneur de Louga qui, séance tenante, a ordonné la mise sur pied d’une Cellule de crise coordonnée par Dr Ibrahima Diédhiou, adjoint au directeur de l’hôpital régional. « Cette cellule va permettre de gérer la situation, d’aider à identifier les corps pour les remettre aux ayants droit. Ce n’est pas un travail facile », a expliqué Alioune Badara Mbengue qui avait demandé et obtenu le soutien des populations qui ont mobilisé des dizaines de caisses de glace pour la conservation des corps. « Je salue le geste des populations et de toutes les bonnes volontés qui ont aidé à gérer cette terrible situation », a dit le gouverneur Mbengue, soulignant que 6 corps sur les 25 enregistrés n’ont jusqu’ici pas pu être identifiés. L’accident s’est produit à six heures sur la route de Touba, entre Kébémer et Sagatta. C’est une collision entre un bus et un mini car. Le bus vide en provenance de Touba tentait de dépasser un autre bus en panne, stationné sur la chaussée, avant d’entrer en collision avec le minicar. Celui-ci transportait des pèlerins originaires de Richard-Toll et de Saint-Louis qui se rendaient au Grand Magal de Touba. « Je demande encore une fois aux chauffeurs d’être prudents, de respecter la vie des usagers en faisant preuve de responsabilité », a insisté le gouverneur qui dit suivre de près l’évolution de la situation.

LE SOLEIL