AFFAIRE GHOSN : Nissan aurait financé les études des enfants de leur ancien PDG selon Bloomberg

Les frais de scolarité des quatre enfants de Carlos Ghosn auraient été payés par le constructeur automobile Nissan. C’est en tout cas ce que révèle Bloomberg.

Décidément, la descente aux enfers de Carlos Ghosn ne semble pas près de s’arrêter. Suspecté de dissimulation de revenus entre 2010 et 2015 au Japon, l’ex-PDG de Renault-Nissan qui est également impliqué dans un scandale lié au financement de son mariage voit aujourd’hui son nom apparaître dans une nouvelle polémique. En cause cette fois-ci  ? Le montant de la facture de la scolarisation des quatre enfants de Carlos Ghosn, et plus exactement, leurs études universitaires dans le prestigieux établissement californien de Stanford. La coquette somme de 532 000 euros est évoquée. Et selon Bloomberg, qui révèle l’information, l’addition aurait été réglée par Nissan.

Le site américain affirme que Renault-Nissan aurait déboursé environ 600 000 dollars entre 2004 et 2015. Un financement qui aurait d’ailleurs été négocié par Carlos Ghosn lui-même, au moment de la signature de son contrat dans l’entreprise en 1999. « En règle générale, les remboursements de frais de scolarité ne sont perçus que dans le cadre d’affectations d’expatriés, et ceux-ci sont destinés aux enfants en dessous de l’âge universitaire », explique à Bloomberg Robin Ferracone, directrice d’une société de conseil en matière de rémunération des dirigeants.

Des dons et une enquête ouverte

Nissan a réagi à ces accusations par la voie d’un communiqué. Le constructeur automobile se mure dans son silence et refuse de commenter les détails de cette affaire. L’entreprise précise qu’elle ne s’étendra pas sur la rémunération de ses dirigeants. D’autre part, comme le rappelle Capital, Renault aurait également accordé des dons à l’université de Stanford au cours de l’année 2016-2017. Si l’entreprise française apparaît comme donatrice, le montant ne figure pas. Une enquête a été ouverte par la US Securities and Exchange Commission, l’organisme américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers. Elle doit déterminer si Nissan avait bien donné l’ensemble des détails relatifs à la rémunération de son ancien PDG.

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom