Affaire Sonko : Devant les parlementaires, le ministre de la justice défend Macky Sall

Le ministre de la justice Me Malick Sall a tenté de laver à grand eau Macky Sall dans l’affaire présumé viol . Le garde des Sceaux, ministre de la Justice qui a pris parole, ce vendredi, à la plénière de l’Assemblée nationale, a reconnu que c’est lui même qui a informé le chef de l’État de cette affaire.

Me Sall dit l’avoir fait en plein Conseil des ministres, après avoir reçu une note du Procureur. « Sa réaction était de désolation et de consternation. Parce qu’il ne saurait souhaité cela à son pire ennemi », a-t-il déclaré, avant de rappeler la règle basique du droit :« Toute personne poursuivie est présumée innocente. »

Défendant le Parquet qu’il chapeaute, le ministre de la Justice déclare que, dans cette affaire, toutes les règles des procédures ont été respectées. « Une procédure obéit à des règles. La plainte a été déposée à la gendarmerie qui a fait son travail », a-t-il rappelé. 

Ousmane Sonko : “Mon immunité parlementaire demeure intacte”

Face à la presse hier, l’opposant a anticipé, indiquant qu’il n’est pas question pour lui de répondre à une convocation du juge d’instruction, qui aura la latitude de le convoquer une fois que son immunité parlementaire sera levée.

Déjà, l’ex-candidat à la présidentielle du 24 février 2019 ne reconnait pas la commission ad hoc mise en place pour l’examen de la levée de son immunité parlementaire, la jugeant “illégitime”. “Quel que soit ce qui se passera demain (ndlr : vendredi) dans leur machin, mon immunité parlementaire demeure intacte”, a-t-il martelé.


FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom