Affaire Souleymane Teliko : La montagne a finalement accouché d’une …. “blâme”

La chambre de discipline du Conseil supérieur de la magistrature a finalement prononcé ce lundi, un simple blâme à l’encontre du juge Souleymane Téliko. Mettant ainsi fin à un long feuilleton de justice et un bras de fer entre l’exécutif et l’Union des Magistrats du Sénégal (UMS).

Cette sanction, la plus basse possible, après l’avertissement, dans l’échelle qui peut aller jusqu’à la radiation, est inférieure à la rétrogradation.

Pour rappel, Souleymane Teliko a été traduit devant le Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) siégeant en formation disciplinaire pour le motif qu’il a, lors d’une interview télévisée diffusée le 12 juillet 2020, tenu des propos qui seraient de nature à jeter le discrédit sur certains magistrats et l’institution judiciaire tout entière.

L’UMS avait considéré que la poursuite initiée contre son président est une situation inédite, grosse de danger pour la survie et la crédibilité de l’association. Elle avait demandé instamment à ses membres de manifester leur solidarité au président de l’association.

Pour en arriver à ce verdict, il a fallu aux membres du Conseil toute une journée de débats, tant le dossier est juridiquement complexe. Les plaidoiries ont été longues avec 12 avocats commis d’office et 12 magistrats qui ont plaidé pour le président de l’Union des magistrats du Sénégal (UMS).

Les magistrats de la Cour, trop conscients, que quelle que soit leur décision, elle ferait l’objet de multiples critiques, ont épluché chacun des griefs avancés contre le président de la Cour d’appel de Thiès.

Pour justifier la sanction, la chambre de discipline  du Conseil supérieur de la magistrature constate un certain nombre de « négligences », reprochant au président de l’UMS d’« avoir jeté le discrédit » sur une décision de justice.


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom