Baye Modou Fall alias «Boy Djinné» menace de suicider le 10 Décembre prochain si …

De la prison, Baye Modou Fall alias «Boy Djinné» s’est confié à un de ses proches. Se disant victime dune injustice, avec des dossiers qu’on lui colle, il menace de se suicider si les deux mandats de dépôt concernant l’affaire de Ziguinchor et du Lagon 2 ne sont pas levés. Il donne un ultimatum de 5 jours au ministre de la Justice.

Il est présenté comme un surhomme. Un génie qui a l’art de s’arracher superbement des mailles de la détention. Entre le pouvoir de se transformer en fumée et celui de glisser entre les grilles en lézard, le bonhomme aura tout entendu. « Balivernes », a-t-il I’ habitude de dire à ses proches. Ce « super pouvoir » qu’on lui colle, il l’a toujours nié. Devenu, au fil des ans, le prisonnier le plus célèbre du Sénégal, Baye Modou Fall alias «Boy Djinné na rien perdu de sa célébrité. Mais sa patience commence à atteindre ses limites. En détention à la prison du camp pénal de Liberté 6, un de ses dossiers a été traité ce mercredi 05 décembre 2019 par la Cour d’Appel de Dakar. Une fois de plus, le « djinn » des prisonniers a mis « Dame Justice » de son côté, avec la décision judiciaire qui a confirmé la décision du tribunal correctionnel de Dakar. Qui, en mai 2018, l’avait relaxé dans l’affaire de la tentative d’évasion du camp pénal qui lui a été reprochée. Accusé d’avoir voulu s’échapper en creusant un trou de 7 mètres, il a été blanchi. Cette décision favorable au bonhomme de 29 ans, met cependant ce dernier hors de lui. A un de ses proches qui a rap porte sa conversation avec lui, il jure ne plus accepter cet acharnement. « ll menace de se suicider si jamais toutes les procédures injustes qui lui sont collées ne sont pas annulées.» Et ce n’est pas de la rigolade. Il a, apprend-on, soufflé un ultimatum a ses proches, gagnés par la panique Si le 10 décembre 2019, tous les mandats de dépôt á mon encontre ne sont pas levés, je vais me suicider. Je ne suis plus disposé à rester en prison pour des faits que je n’ai pas commis. D’ici au 10 décembre, soit on me rend mes droits, soit je me suicide. Qu’ils me condamnent à perpétuité pour les dossiers dans lesquels je suis impliqué, mais pour ce que je n’ai pas fait, je n’accepterais plus d’être gardé en prison », confie-t-il à un de ses proches.


FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom