Burkina Faso : Au moins 16 personnes tuées lors d’une nouvelle attaque meurtrière à Soum

Une nouvelle attaque a eu lieu au Burkina Faso, le week-end dernier, dans la nuit de samedi à dimanche, dans le nord du pays. Seize personnes au moins ont été tuées.

L’attaque s’est déroulée à Pobé-Mengao, dans la province du Soum, dans le nord du Burkina Faso. Il s’agit d’une commune rurale, située à 25 km de Djibo, le chef-lieu de la province. Les violences ont eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche et ont été attribuées à des groupes armées terroristes par une source sécuritaire.

De nombreux hommes armés sont arrivés dans la localité, des habitants ont été enlevés et des boutiques pillées, selon des témoignages recueillis par l’Agence France-Presse.

600 morts, victimes du terrorisme

Le lendemain, dimanche, des hommes armés seraient revenus sur place et auraient notamment tiré des coups de feu en l’air. Puis, dans la soirée, des renforts sont arrivés à Pobé-Mengao pour sécuriser les lieux. Des patrouilles ont aussi été mises en place.

En fin de journée de ce lundi 28 octobre, il n’y a eu aucune revendication.

Cette attaque a provoqué la panique et le déplacement d’une partie des habitants de Pobé-Mengao vers la ville de Djibo, chef-lieu de la province du Soum.

C’est une ville qui accueille déjà de nombreux déplacés internes, même si aucune estimation officielle n’existe. Ces déplacés sont des villageois qui fuient leur localité à cause de la recrudescense des attaques commises par des présumés djihadistes dans cette province.

Il y a des besoins vraiment très importants pour un grand nombre de personnes, surtout en eau, en alimentation, d’autant plus que l’approvisionnement du marché de Djibo est particulièrement difficile en ce moment.

Plus généralement, selon OCHA, au mois de septembre, près de 289 000 personnes déplacées vivaient dans des communautés d’accueil ou dans des sites de déplacement au Burkina Faso, dans les régions du Centre-Nord, de l’Est, du Nord et du Sahel.

Depuis début 2015, les attaques terroristes au Burkina Faso ont fait plus de 600 morts, et 500 000 déplacés internes.

Le jour même de cette attaque dans le Soum, samedi, des milliers de personnes s’étaient mobilisées dans la capitale du Burkina, Ouagadougou, pour exprimer leur soutien aux forces de sécurité engagées dans la lutte contre le terrorisme.


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom