Célébration de la naissance de Cheikh Al Islam Ibrahima Niasse ce 2 Avril

Le Gamou de Taïba Niassène marquant la naissance de Chkh Al Islam Ibrahima Niasse, est prévu ce lundi 02 avril 2018. Ainsi, les fidèles commencent à rallier la cité religieuse pour participer à la célébration de la venue au monde du défenseur de la Fayda.

L’événement religieux entend faire le plein, comme à l’accoutumée, avec la venue des fidèles talibés du Sénégal et des quatre coins du monde. Par ailleurs, la cérémonie officielle aura lieu le même jour à 17 heures au niveau de l’esplanade de la commune de Taïba Niassène, près de la grande mosquée. Pour rappel, El Hadj Ibrahima Niasse à l’état civil est né en 1900 à Taïba Niassène, une commune nichée dans la région de Kaolack. Son père El Hadj Abdoulaye Niasse fut un grand marabout et l’une des figures de proue de la tidjaniya à son époque.

La position stratégique de Kaolack (Centre du Sénégal) et les relations suivies de son père avec les lettrés du Sénégal, de la Mauritanie et l’Afrique du Nord font de sa maison paternelle un endroit privilégié où le jeune Ibrahim étudie non seulement les sciences religieuses (exégèse, jurisprudence, théologie, grammaire arabe, rhétorique, métrique, biographie du Prophète, etc.) mais également cultive un goût prononcé pour le mysticisme musulman.

Son premier ouvrage Rûh al adab, écrit à l’âge de 18 ans (Ibrahima Niass écrit à la fin de son ouvrage qu’il avait 21 ans quand il rédigea son œuvre), ainsi qu’un traité de soufisme et de la voie Tijâniyya intitulé Kâshif al ilbas (1930) témoigne de ses connaissances ésotériques d’acquisition précoce. À la mort de son père, en 1922, son frère aîné Mouhammad (Khalifa) prend en charge la communauté des « Niassènes » et Ibrahima enseigne dans les écoles coraniques de son père de Taïba, Kossi et Kaolack. Son érudition et sa piété lui attirent très vite de nombreux adeptes.

Dès 1930, il se proclame héritier spirituel de Ahmed Tijani, et obtient l’allégeance massive des disciples de son père ainsi que celle de nombreux cheikhs maures qu’il initie à la Tarbiyya (initiation mystique) dont le but est de parvenir à la maarifa (gnose), initiation qui marque la spécificité de sa branche Tijaniyya.

Toutefois son audience reste limitée jusqu’en 1937, année où il effectue son premier pélérinage à la Mecque et y rencontre l’Emir de Kano(Nord du Nigéria), Abdoulahi Bayero qui renouvelle son affiliation à la Tijaniyya auprès de lui et l’invite à Kano. Il y obtient l’adhésion de la majorité des oulémas de la Tijaniyya qui, dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, se font les moteurs de l’expansion de son mouvement dans toute l’Afrique de l’Ouest.

À la mort de l’Emir Abdoulahi Bayero en 1953, son fils Mouhamed Sanuss lui succède et renforce ses liens avec Ibrahima Niasse. À la fin des années 1960, grâce à ses appuis politiques, le zèle de ses disciples nord-nigérians, son action éducative et le zèle de son prosélytisme, il se trouve à la tête d’une communauté transnationale de plusieurs millions de membres répartis entre le Nord Nigéria, lieu par excellence de son rayonnement, le Ghana, le Niger, le Togo, le Libéria, la Sierra Leone, le Tchad, le Caméron, la Gambie, la Mauritanie et la région du Sine Saloum. Au-delà de l’Afrique, de nos jours, on retrouve ce mouvement aux États-Unis, en Asie mais aussi dans les pays du Golf

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom