Ces “sorciers” Maliens qui font danser des marionnettes (10 photos)

Les personnes à l’origine de la tradition des marionnettes au Mali, qui a servi à transmettre le folklore et la culture d’une communauté, luttent pour survivre car l’insécurité récente a mis fin aux revenus provenant des touristes, comme le rapporte Clair MacDougall à Bamako.

Si vous vous dirigez vers le bord d’un affleurement rocheux qui borde la capitale, Bamako, et que vous longez la route cahoteuse dans un taxi, vous trouverez la caverne mythique qui est l’atelier de marionnettes de Broulaye Camara.

Il se fait appeler le Sorcier de Dougoudouma, qui est la partie de Bamako où il est né et où il a appris son métier de marionnettiste.

Son travail s’inspire des contes traditionnels qui sont souvent porteurs d’un message.

 

Camara insiste sur la prière et l’abattage d’un coq blanc avant de me parler de ses créations mystiques et de la magie qu’elles possèdent.

Mais cette magie, qui attirait autrefois les foules au Mali et qui a envoyé Camara en Europe et à travers l’Afrique pour donner des spectacles et des ateliers, repose principalement entre les murs de ce lieu mythique.

Son travail a été durement touché par l’insécurité qui prévaut au Mali depuis l’insurrection séparatiste et islamiste de 2012.

“J’ai cinq ou six pièces [mais] nous ne les avons pas jouées parce que nous n’avons pas d’argent pour fabriquer les marionnettes”, m’a-t-il dit.

“Avant la crise, je ne me plaignais pas du tout, non. Je ne pensais pas à l’argent avant la crise.”

Mais maintenant, il n’y a plus de touristes ou de visiteurs devant qui se produire.

“Ils ont arrêté de venir parce qu’ils ont peur”, affirme-t-il. “Nous sommes coincés.”

Alors que la crise sécuritaire au Mali se poursuit, les marionnettistes comme Camara ont du mal à subvenir à leurs besoins et à attirer des étudiants qui perpétueront la tradition.

Les marionnettes offrent une forme de divertissement, mais elles jouent également un rôle important dans les rituels culturels et les festivals des groupes ethniques Bozo et Bambara.

Lorsque les enfants sont formés à cette forme artistique, ils commencent par des danses avec des masques, avant de passer à des marionnettes, à la fois sous des formes humaines mais aussi animales, qui couvrent tout leur corps.

A chaque étape, un marionnettiste stagiaire doit passer par une initiation.

Camara n’a pas divulgué de détails secrets mais a dit que les initiés doivent être capables de garder les secrets de cet art.

Un grand nombre de rituels sont effectués avant la naissance d’une marionnette.

On considère qu’elles possèdent les esprits des ancêtres et qu’elles doivent être gardées en lieu sûr et surveillées par des hommes comme Camara.

Dans la culture bambara et bozo, les marionnettes côtoient les traditions islamiques qui, en d’autres endroits, interdisent ou désapprouvent les arts figuratifs.

Après la fin d’une répétition, Camara me dit qu’il reste préoccupé par l’avenir de la tradition.

Parce que je suis fauché et que je n’ai rien, ils me regarderont et penseront : “pourquoi devrais-je faire ce travail si l’homme qui le fait depuis longtemps ne peut rien en tirer”, dit-il tristement.

Mais l’espoir subsiste.

“Certains partiront peut-être parce qu’ils espèrent en tirer quelque chose, mais pour ceux qui aiment vraiment ça, ils resteront”, a-t-il dit.

Source : BBC


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom