Une conductrice saoudienne dénonce son harceleur et appelle les femmes à ne pas se taire

En Arabie saoudite, depuis un certain 24 juin qui a légalisé le droit de conduire pour les femmes, le harcèlement sexiste sur quatre roues contre les Saoudiennes au volant serait-il en passe de devenir un sport national ?

Pour le Dr Samar Khan, il est hors de question que ce qu’elle considère, à l’instar de la plupart de ses concitoyennes, comme un grand bond en avant pour l’émancipation féminine puisse déjà enregistrer un recul, celui devant l’adversité… En d’autres termes, un pas en avant, deux pas en arrière devant des automobilistes furieux, qui vont jusqu’à se comporter en véritables chauffards de la route pour les faire renoncer à une liberté de se mouvoir chèrement acquise.

L’idée même de capituler sans se battre a toujours paru inconcevable à cette femme accomplie, de tête et de cœur, fraîchement titulaire du permis de conduire, et elle lui est devenue carrément insupportable depuis qu’elle a été pourchassée sur l’une des autoroutes du royaume par l’un de ses jeunes compatriotes irresponsables, mué en fou du volant.

C’est sur Twitter que le Dr Samar Khan, à peine remise de ses émotions, a tenu à relater le terrible harcèlement dont elle a été victime à bord de son véhicule. Un harcèlement d’un genre nouveau, qui aurait pu avoir des conséquences tragiques et dont elle et sa famille ne sont pas ressorties indemnes.

Son message fort, qu’elle a conclu en exhortant les femmes saoudiennes à ne pas se murer dans le silence, mais au contraire à suivre son exemple en dénonçant leur(s) agresseur(s), a été très largement partagé et commenté par la gent féminine admirative du royaume wahhabite.

« Alors que je conduisais ma voiture, j’ai été harcelée par un jeune homme sur la route. Il a pris ma voiture en chasse pendant plusieurs minutes terrifiantes. Il a mis ma vie et celle de ma famille en danger et a aussi risqué la vie de ceux qui circulaient autour de nous, je l’ai dénoncé aux autorités du royaume », a-t-elle écritavant d’ajouter : « Je tiens à m’adresser à toutes les femmes : ne restez pas silencieuses quand il s’agit de vos droits ! Et même si votre harceleur n’est pas puni, le fait d’aller porter plainte, de le dénoncer aux forces de l’ordre lui donnera une sacrée leçon qu’il n’oubliera pas de sitôt ! ».

Après s’être entretenue avec les parents du dangereux chauffard âgé tout juste de 20 ans, le Dr Samar Khan a finalement décidé de retirer sa plainte, non sans avoir exigé des excuses de la part de celui qui l’avait prise en chasse jusqu’à tenter de lui faire quitter la route, lui occasionnant la peur de sa vie. En espérant ne plus jamais croiser son chemin, elle lui a également demandé de s’engager solennellement devant elle, la police et ses parents, à respecter désormais toutes les femmes, qu’elles soient au volant ou pas.