Coronavirus en Italie : 250 morts en seulement 24 heures !

Les choses s’empirent dans la péninsule italienne avec le COVID-19. Le nombre de malades et de décès continue de grimper malgré les confinements. 

L’Italie a enregistré 250 nouveaux décès liés au coronavirus lors des dernières 24 heures. Un nouveau record qui fait grimper le nombre des morts à 1 266, selon un bilan publié ce vendredi par la Protection civile. Plus de 2 000 nouveaux malades ont été enregistrés dans la péninsule dans le même temps, là aussi un record.

Le nombre des personnes contaminées fait un bond sur son territoire : il passe de 15 113 à 17 660, dont 1 328 en soins intensifs. Seul chiffre positif : les guéris et libérés sont 1 439 au total (+ 181 par rapport à jeudi).

« Le coronavirus est une bête qui nous a envahis et nous tiendra compagnie pendant un court laps de temps. La mobilisation de tous est essentielle pour que cette période soit raccourcie », a déclaré Massimo Galli, spécialiste des maladies infectieuses à l’hôpital Sacco de Milan, dans une émission de radio italienne.

« Fermer tout ? Certaines considérations dépendent de compétences autres que les miennes – a-t-il répondu – J’ai l’impression que ce qui a été fait jusqu’à présent est important ». Le scientifique s’est exprimé sur une éventuelle date pour commencer à constater les effets des mesures restrictives mises en place par le gouvernement. « Cela me pèse de le dire, mais je dirais avec optimisme deux semaines » a répondu le spécialiste italien.

Méthode Coué ? Plus au sud, à Rome, on se prépare au pire. L’Institut national italien sur les maladies infectieuses Spallanzani de Rome « prend des mesures pour augmenter le nombre de lits, en particulier les lits de soins intensifs, pour accueillir le plus de patients possible » atteints du Covid-19. La structure, équivalent de l’Institut Pasteur en France, l’a annoncé dans son bulletin quotidien expliquant qu’il s’agit d’une stratégie adoptée « également dans une logique de réseau régional, dont l’institut est le pivot ».

Les parcs fermés

En Italie, après avoir fermé les écoles, les bars, les restaurants, ce sont les parcs qui se voient clôturer à leur tour. « Cet après-midi je signerai un arrêté de fermeture des parcs « clôturés » à partir de demain matin. Il faut le faire, je parle des parcs clôturés, on ne peut pas étendre la même règle à ceux qui ne sont pas clôturés », a ainsi annoncé le maire de Milan, Beppe Sala dans un message vidéo publié sur Facebook.

« J’invite chacun à se comporter conformément aux règles qui ont été établies », a encore souligné le premier citoyen de la métropole lombarde. Après l’annonce de Sala, la région lombarde s’est dite prête à fermer des parcs dans toute la région, ainsi que des marchés en plein air. La fermeture des marchés sur tout le territoire italien fait actuellement partie des mesures les plus discutées.

La fermeture des parcs et villas historiques dans la région de Rome comme mesure de confinement de l’infection est aussi envisagée. « Nous avons entendu des indications contradictoires de la part du gouvernement, certains ministres répétant que l’on peut se promener dans les parcs, donc même si c’est une mesure difficile, nous avons décidé de fermer les parcs » a déclaré le maire de Rome Virginia Raggi s’exprimant à l’Assemblée du Capitole.

« Nous travaillons sur une ordonnance pour la fermeture des parcs, villas et espaces verts qui ont une clôture. – a poursuivi le maire – Dans ceux qui ne sont pas clôturés comme la Villa Borghèse, nous intensifierons la présence des policiers locaux pour éviter les rassemblements ».

Des parcs ont également fermé dans certains centres urbains d’Émilie-Romagne, une autre des régions où le nombre d’infections est le plus élevé, et à Prato, en Toscane. 

 


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom