Développement de l’Afrique, la leçon de Paul Kagamé à ses homologues

Devant les dirigeants du monde réunis à New York aux Etats Unis dans le cadre de la 74ème Assemblée Générale des Nations Unies, le président rwandais s’est exprimé. Il a souligné que l’Afrique avait démontré qu’elle était en mesure de poursuivre son propre chemin de développement, malgré les défis existants, rapporte The New Times.

Paul Kagamé a commencé son intervention aux Nations Unies avec des remerciements aux dirigeants qui ont donné la priorité à la couverture maladie universelle, notamment, affirmant qu’au Rwanda, plus de 90% de la population sont couvertes par une assurance. «Cela a contribué à une amélioration significative des résultats pour la santé. Cela montre qu’il est possible pour les pays de tous les niveaux de revenus de rendre les soins de santé abordables et accessibles à tous. Nous devons également nous engager à reconstituer le Fonds mondial et Gavi, l’Alliance du vaccin », a-t-il déclaré.

Cependant, le président rwandais n’est pas passé par quatre chemins pour exprimer ce qu’il pense. Il a indiqué selon le rapport de The New Times, que ce ne sont pas des choses qui devraient ou pourraient être faites au nom de l’Afrique. «Les objectifs de développement durable à l’horizon 2030 sont également les objectifs de l’Afrique. L’Afrique a les moyens et c’est notre responsabilité », a-t-il noté. Cette responsabilité africaine est la raison même, indique Kagamé, pour laquelle l’Union africaine continue de renforcer ses capacités et son efficacité. « En juillet prochain, par exemple, les échanges commenceront dans la zone de libre-échange continentale africaine, la plus vaste du monde », a-t-il déclaré.

Bien que le président Kagamé ait reconnu que le continent est très en retard par rapport aux autres parties du monde en matière de développement, il met toutefois en évidence le fait que le continent abrite plusieurs des économies les plus dynamiques du monde et donc que le retard peut être rattrapé. «Grâce à une action concertée impliquant tous les partenaires, y compris le secteur privé, il est en effet possible de rattraper le temps perdu avec les objectifs de développement durable», a déclaré Kagamé cité par le média rwandais. Il a insisté aussi sur un partenariat et une coopération plus étroite entre l’Union africaine et les Nations Unies, une coopération qui, selon lui, est essentiel pour continuer à rationaliser le processus de mise en œuvre et d’évaluation de ces objectifs.

Le président Kagame avait déjà assisté au sommet des Nations unies sur le climat qui, selon lui, a tiré une leçon importante: « Les technologies et approches innovantes pourraient permettre au monde d’agir sans ralentir la croissance économique. L’action la plus percutante que les pays puissent prendre est peut-être de ratifier et d’appliquer pleinement l’amendement de Kigali au Protocole de Montréal », a-t-il déclaré. M. Kagame a souligné qu’il était tout aussi important d’assurer la sécurité et la stabilité, affirmant que ce sont des conditions préalables à tout progrès rapide vers un monde plus équitable et plus prospère, indique The New Times. « Il est essentiel que l’Afrique et le reste de la communauté internationale collaborent étroitement aux efforts de maintien et de consolidation de la paix, dans le respect mutuel », a déclaré Kagamé.

Le président a également informé les dirigeants que le Rwanda jouait son rôle et l’un des moyens consistait à évacuer les réfugiés et les demandeurs d’asile des camps de détention en Libye, en partenariat avec le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés et l’Union africaine. Il a appelé les membres des Nations Unies à « respecter leurs obligations légales dans un esprit de solidarité », soulignant que le partenariat entre le Rwanda, le HCR et l’UA montrait clairement que « nous pouvons coopérer pour résoudre des problèmes complexes ». «L’Afrique elle-même est aussi une source de solutions», a-t-il noté.

Le premier groupe de réfugiés, qui compterait environ 70 personnes, devrait arriver dans le pays dans quelques jours et le centre de transit de Gashora, dans le district de Bugesera, est en train de se préparer à les accueillir. Kagame a officiellement invité les membres au Sommet mondial sur le genre qui se tiendra à Kigali en novembre, rapporte la même source.

beninwebtv

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom