Epilogue d’une arrestation d’un agent de la DST chez Barthélémy Dias : Le diagnostic peu complaisant

Mardi 5 mars dernier, un agent de la Direction de la Surveillance du territoire (DST) a été arrêté chez Barthélémy Dias. Le policier en civil se serait frauduleusement introduit dans le véhicule de l’homme politique avant de se faire surprendre comme un vulgaire voleur. Alpagué, il est conduit à la Section de recherches de la gendarmerie où une enquête aurait été ouverte pour élucider cette affaire qui a mis mal à l’aise ses supérieurs.  

En effet, la Direction des relations publiques de la Police nationale a confirmé que G. Y Fall est l’un des leurs, non sans balayer les accusations de Barthélémy Dias, selon Dakaractu. Pour les limiers, l’agent en question était en mission comme tant d’autres déployés sur le terrain après une présidentielle empreinte de contentieux.  

De visu, on cherche à sauver les meubles. En effet, en interne, on s’arrache les cheveux suite à cette bévue commise par un espion qui était censé faire son boulot en passant incognito. “C’est une erreur de débutant”, diagnostique un RG avec qui Dakaractu a discuté sur le sujet.  

Très gêné par l’amateurisme dont G. Y. Fall a fait montre, notre interlocuteur l’impute au recrutement tous azimuts de jeunes sans expérience au niveau de la DST.  

“C’est une situation assez conjoncturelle, parce que depuis la réforme de 2009, on a assisté à un rajeunissement du personnel de la police. Les anciens policiers les plus expérimentés sont partis à la retraite laissant leurs postes à des jeunes âgés entre 20 ans et 30 ans qui n’ont fait que 2 années d’armée avant d’être enrôlés dans la police”, épingle-t-il. 

L’infiltré arrêté chez Barthélémy Dias est dans la fourchette.   

Aussi, dénonce t-il l’esseulement des novices qui, une fois sur le terrain “sont laissés à leur sort” et ne savent que faire face à des situations inconfortables pour se tirer d’affaire. C’est selon lui, ce qui explique que l’espion qui a été arrêté n’ait pas pu s’extirper lui-même de ce sale quart d’heure. Mais c’est aussi parce que selon notre interlocuteur, l’agent n’a pas pu alerter sa hiérarchie à temps. Barthélémy Dias a allégué avoir reçu un coup de fil de la police de Dieuppeul pour s’enquérir de la situation d’un agent de la DST arrêté chez lui. Signe que l’information est remontée, mais très tardivement.  

Une telle boulette appelle nécessairement des sanctions. Notre interlocuteur acquiesce. Reste maintenant à savoir ce que risque l’agent “grillé”, selon le jargon policier. “Une sanction disciplinaire d’ordre intérieur comme la taule ou un déploiement dans un autre service”, confie notre source pour qui, les anciens doivent être mis à contribution pour accompagner les nouvelles recrues. Lesquelles, déplore-t-il, ne sont pas toujours à la hauteur des missions à eux assignées. 

Dépendante de la Direction Générale de la Police nationale, la DST est chargée d’assurer la surveillance du territoire. Au Sénégal comme dans beaucoup pays d’Afrique, l’essentiel de ses activités consiste à surveiller les moindres faits et gestes des hommes politiques et des journalistes. 

(Visited 1 times, 1 visits today)

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom