Etats-Unis : La vidéo filmée de la mort atroce de Georges Floyd lors d’un contrôle de police révolte ses proches à Minneapolis

Colère et indignation dans les rues de Minneapolis. Des milliers d’habitants se sont rassemblés mardi 26 mai sur la “Chicago Avenue”, lieu où George Floyd a perdu la vie durant une opération de police la veille.

Ce quadragénaire a été appréhendé par les forces de l’ordre pour des délits mineurs. La scène, filmée par une passante sur Facebook Live, montre un homme (non armé) plaqué au sol sur le ventre par un policier qui l’immobilise avec un genou sur le cou. George Floyd se plaint pendant de longues minutes de ne pas pouvoir respirer et d’avoir mal. Il décédera quelques minutes plus tard à l’hôpital.

La vidéo de cette arrestation musclée a suscité la colère des Afro-Américains qui rappelle pour beaucoup la mort tragique d’Eric Garner en 2014. Ce fait divers avait déclenché un mouvement de protestation et d’émeutes dans le pays. À Minneapolis, des milliers d’anonymes ont manifesté pour demander justice. Dans le cortège, on pouvait lire sur les affiches “Je ne peux plus respirer”, “Justice pour Floyd” ou encore “arrêtez de tuer des Noirs”. 

Les quatre policiers impliqués licenciés

Un porte-parole de la police a affirmé lundi soir que l’homme avait résisté à son interpellation par les agents appelés pour un cas d’ivresse sur la voie publique.

Mardi, des passants se recueillaient et déposaient des fleurs à l’endroit de l’interpellation, alors que d’autres arboraient des affiches demandant à la police d’“arrêter de tuer des Noirs”.

L’avocat de la famille, Benjamin Crump, a dénoncé un usage “abusif, excessif et inhumain de la force” pour un délit “non-violent”, et demandé la fin du “profilage racial et (de) la minimisation des vies noires par la police”. À l’échelle nationale, les réactions indignées se sont multipliées, notamment de la part d’élus du Congrès et de personnalités américaines. 

Le maire de Minneapolis, Jacob Frey, a pour sa part fustigé un acte “horrible”, accusant le policier d’avoir “manqué d’un sens de l’humanité fondamental”. “Être Noir ne devrait pas être une peine de mort”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse mardi. Il a ensuite annoncé le renvoi des quatre policiers impliqués. “C’est la chose à faire”, a-t-il déclaré sur Twitter. 

Le chef de la police de Minneapolis a pour sa part indiqué qu’une enquête fédérale allait être ouverte sur cette affaire.

La mort d’Eric Garner avait déclenché un mouvement de protestation et d’autres décès de Noirs aux mains de la police avaient provoqué des émeutes dans le pays. La police de New York et Los Angeles ont aussi interdit les méthodes d’immobilisation controversées, comme le plaquage ventral.


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom