FRANCE : Le portrait de Mohammed VI et le drapeau marocain brûlés et piétinés à Betz

Une dizaine de Marocains ont brûlé et piétiné le drapeau du Maroc ainsi que le portrait du roi Mohammed VI dimanche 19 janvier à Betz, dans le nord de la France. Des vidéos et des photos ont été postées sur les réseaux sociaux.

À l’occasion de l’anniversaire des évènements du 19 janvier 1984, lorsque des milliers de Marocains ont protesté contre la cherté de la vie, une dizaine de personnes d’origine marocaine ont manifesté devant le château du roi Mohammed VI à Betz, dans le nord de la France. Ils ont brûlé et piétiné le portrait du souverain ainsi que le drapeau marocain. Des images diffusées sur les réseaux sociaux ont déclenché une vague d’indignation. Des événements similaires avaient déjà eu lieu en octobre à Paris, lorsque des militants séparatistes rifains ont brûlé le drapeau marocain.

Les manifestants qui se disent «des opposants au régime monarchique» ont scandé le slogan «Vive le Rif [région berbérophone du nord du Maroc, ndlr]», brandissant des drapeaux de la république rifaine.

Le 19 janvier 1984, des milliers de Marocains sont descendus dans les rues, en particulier dans les villes d’Al Hoceima, de Tétouan, de Ksar El Kébir et de Marrakech, pour protester contre la cherté de la vie et la situation économique du pays dans le cadre d’une «révolte du pain et de la dignité». Après des jours d’émeutes, les forces de l’ordre sont intervenues pour ramener le calme.

De même à Paris

Lors de la manifestation organisée samedi 26 octobre à Paris par des Marocains à l’occasion du troisième anniversaire du décès de Mohcine Fikri, marchand de poisson dont la mort a été à l’origine d’un mouvement de contestation sociale dans le Rif, dans le nord du Maroc, des «séparatistes» ont piétiné et brûlé le drapeau du pays.

​Ils réclamaient «l’indépendance du Rif» du «colonialisme alaouite [en référence à la famille royale marocaine, ndlr]», brandissant des drapeaux de la «République du Rif» fondée par Mohamed ben Abdelkrim el-Khattabi dans les années 1920 contre l’occupation espagnole.

Face à ce geste qui a déclenché un tollé dans le royaume chérifien, le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger a fermement réagi dans un communiqué publié sur son site officiel, condamnant un acte «puéril» et «lâche».


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom