France : Qui sont les trois gendarmes tués par un forcené lors d’une intervention dans le Puy-de-Dôme

Trois gendarmes de la compagnie d’Ambert ont été tués et un quatrième blessé par un homme de 48 ans dans un hameau isolé près de Saint-Just (Puy-de-Dôme), dans la nuit du mardi 22 au mercredi 23 décembre, a appris l’Agence France-Presse (AFP) de sources concordantes.

En intervention pour une affaire de violences conjugales peu après minuit, les militaires ont été visés une première fois en tentant d’approcher la maison où une femme menacée s’était réfugiée sur le toit.

Les gendarmes ont riposté, en vain. Le brigadier Arno Mavel, 21 ans, est tombé le premier. Grièvement touché, il a succombé à ses blessures malgré les soins apportés. A ses côtés, un deuxième gendarme a été grièvement blessé à la cuisse et hospitalisé.

Puis, le forcené a incendié sa maison. Des gendarmes sont alors partis en reconnaissance pour déterminer si les pompiers pouvaient intervenir et éteindre le feu. Ils ont à leur tour été visés par des tirs d’arme à feu qui ont fait deux morts supplémentaires, le lieutenant Cyrille Morel, 45 ans, et l’adjudant Remi Dupuis, 37 ans. Les trois victimes appartenaient à la compagnie d’Ambert.

Le suspect retrouvé mort

Après plusieurs heures de recherches qui ont mobilisé le GIGN tout au long de la nuit, le suspect a été retrouvé mort mercredi matin, a annoncé le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin. Des sources policières ont affirmé au Monde que l’homme s’était suicidé dans sa voiture.

« Les plus grandes précautions sont prises au regard de la dangerosité de l’individu », avait plus tôt déclaré à l’AFP une source proche de l’enquête. Selon des sources policières, il était en fuite après avoir quitté la maison en feu. Les forces de l’ordre, qui ont fait l’objet d’importants renforts dans la nuit, avaient installé des barrages pour bloquer toutes les voies d’accès au lieu du drame.

Le sous-préfet de cette zone reculée du sud-est du Puy-de-Dôme ainsi que le maire de Saint-Just, petit village de 157 habitants, sont sur place. Gérald Darmanin, qui a présenté ses sincères condoléances aux familles et aux proches des gendarmes tués, est également attendu sur les lieux du drame.

La femme qui s’était réfugiée sur le toit est actuellement interrogée, dans l’espoir que puissent être précisées les circonstances du drame. L’auteur des coups de feu mortels serait connu pour des faits liés à des problèmes de garde d’enfant.


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom