lundi, 23 septembre, 2019

La honte sociale, double peine des pauvres (Par Ka Niang)

Kab Niang est étudiant, rédacteur au BB depuis plusieurs années mais aussi bénévole au Secours populaire, près de chez lui, à Epinay-sur-Seine. C'est avec cette casquette que Kab prend la plume ce lundi. Il y décrit, non pas la pauvreté, mais ce qu'elle engendre, ce qu'elle implique, le non-dit, l'indicible. Ce sont ces regards fuyants, ces habitudes intériorisées... C'est la honte de soi. La honte d'être pauvre. Récit.

Certes, on ne meurt plus de faim aujourd’hui en France – bien que la rue tue encore environ 500 personnes chaque année en France – mais on dénombre malheureusement beaucoup trop de personnes victimes de précarité alimentaire, de précarité sanitaire, privés de logement décent ou d’éducation complète pour leurs enfants. Ce sont des personnes âgées, des étudiants, des travailleurs pauvres ou des chômeurs, dans les villes, dans les campagnes, dans les quartiers… Tous souffrent de ne pas pouvoir s’alimenter correctement et en subissent à terme les conséquences. Des conséquences à la fois sanitaires, psychologiques et physiques.

Ce sont eux qui se sentent matraqués, malmenés et qui viennent solliciter l’aide du Secours populaire. Après qu’ils n’arrivent pas à boucler leurs fins du mois, leur seul recours, c’est d’aller frapper à la porte des associations. Mais ce n’est jamais un geste anodin, encore moins un geste simple. Ces personnes se sentent gênées. Elles se sentent ignorées et délaissées, confrontées à cette politique néo-libérale qui fait d’eux des individus ramenés au rang d’éléments comptables dans un tableau statistique. Elles sont victimes d’une violence politique et sociale. L’emploi, la vie sont aujourd’hui précarisés. Nous voyons des familles passer qui vivent avec 2, 4 ou 6 euros par jour. A cette pauvreté s’ajoute un sentiment d’insécurité qui ne favorise pas la remobilisation. Et puis, souvent, conscientisé ou non, un sentiment d’injustice. Des vies sont détruites par ce néolibéralisme fou qui s’applique avec brutalité à ces existences malmenées et précarisées.

Quand je viens ici, je dois me préparer psychologiquement

Cette honte, Édouard Louis la décrit très bien dans son premier roman En finir avec Eddy Bellegueule. L’auteur subit de plein fouet ces deux choses, la pauvreté financière et culturelle, ce qui engendre les premiers chocs auxquels il est confronté. « On avait moins d’argent et c’était la honte (…) quand on allait aux Restos du cœur pour chercher des colis de bouffe. (…) Je devenais familier des bénévoles qui, quand nous venions, me donnaient toujours des tablettes de chocolat en plus de celle à laquelle nous avions droit. ‘Ah, voilà notre Eddy, comment qu’il va ?’ Et mes parents qui m’exhortaient au silence. ‘Faut pas le raconter, surtout pas, qu’on va aux Restos du coeur, ça doit rester en famille.’ Ils ne réalisaient pas que j’avais compris depuis bien longtemps, sans qu’ils aient besoin de me le dire, la honte que cela représentait, que je n’en aurais parlé pour rien au monde. »

Cette honte, beaucoup la vivent, très peu l’expriment. Mais il n’y en a pas toujours besoin tant elle se lit sur les visages. Sarah*, 37 ans, est mère de cinq enfants. Dans son cabas, elle a un bon d’une valeur de 40 euros, obtenu en échange de 2 euros de participation. Depuis un peu plus de six mois qu’elle vient le chercher dans les locaux du comité de « Secours pop’ » d’Épinay-sur-Seine, elle se dit gênée de cette aide qui pourtant lui est fort utile. « Quand je viens ici, je dois me préparer psychologiquement, car je rencontre des personnes que je connais dans la rue. Je me dis qu’elles vont me taxer de pauvre. C’est dur ! Eh oui, je suis pauvre. Et je ne peux pas renoncer à cette aide, elle est nécessaire voire vitale pour moi. Elle représente beaucoup de choses. C’est avec elle que je nourris ma famille… Tu sais, avec des pâtes et de la sauce tomate, on se régale. J’ai honte de moi, j’ai honte de me retrouver ici. »

Ce qu’il y a de fort dans la violence symbolique c’est l’intériorisation des inégalités sociales et culturelles. Le « pauvre » va aller chercher en lui les explications de sa situation. C’est de sa faute, pense-t-il, intègre-t-il. Autrement dit, on perçoit très vite que « les autres ne sont pas comme nous » ; « ils ne parlent pas comme nous », « ils parlent autrement », « ils s’expriment mieux ». Quand vous êtes pauvres, vous ressentez la « pauvreté » de votre langage. Vous n’avez pas accès à la « bonne langue ».

Une société où consommer, c’est vivre

Il y a la richesse financière et la richesse sociale à laquelle vous n’avez pas accès, sinon à travers les journaux ou la télévision quand la haute société se met en scène devant le bon peuple à Cannes ou pendant des soirées de gala. Dans ces moments, il y a une mise en évidence de leur place et de la nôtre, il y a « eux » et nous. On voit qu’ils sont plus forts que nous. Étant donné qu’ils sont dans la politique, dans la culture et qu’ils ont des relations entre eux. On se sent « hors du jeu ». Et ce sentiment de « hors-jeu » est ressenti par beaucoup de personnes ; il s’accompagne d’un constat d’impuissance au plus profond de soi. Un sentiment d’injustice s’installe puisque cette réussite est la plupart du temps le fruit d’un héritage et pas d’un travail ou d’un mérite particulier.

La pauvreté est une réalité et ses conséquences ne sont pas seulement financières. C’est pourquoi l’engagement du Secours pop’ va au-delà de l’aide matérielle. Quand un bénéficiaire frappe à la porte, c’est qu’il « ne sait plus comment faire ». Quand on ne peut plus payer les factures, le loyer, c’est la honte qui prime. C’est peut-être un phénomène nouveau, aujourd’hui la pauvreté irrigue la société, parfois à des endroits où on ne soupçonnait pas qu’elle puisse arriver. Quand on est dans une société fondée sur la consommation et que vous ne pouvez pas consommer, quelle place vous reste-t-il ? Pour ne pas avoir à répondre à cette question, certains se cachent.

Ainsi, la question est de savoir comment lutter contre la précarité et contre la honte qu’elle engendre. Nous devons nous préoccuper de ces enfants touchés par la pauvreté de leurs parents, notre avenir se joue avec eux. Sinon, il faudra s’attendre à un retour de bâton et le mouvement des gilets jaunes est sans doute un signe avant-coureur de cette contestation de l’invisibilité, de ceux qui n’acceptent plus cet effacement, cette occultation, cette honte de ne pas être sur scène ou dans la lumière.

Le lieu de cette contestation, ce n’est pas le lieu de travail mais le foyer, le rond-point pour certains… Ce sont des familles qui disent que ça ne peut plus durer. Lutter contre la honte sociale, contre la précarité à la source, ce n’est pas seulement un combat noble. C’est un combat indispensable et urgent pour que continue de vivre, sans sonner faux, la devise républicaine.

Kab NIANG
PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom