L’appareil du Parti Socialiste et le Benno en danger

Aujourd’hui que le retour au bercail des Les «rebelles» du Parti socialiste (Ps) est souhaité, le contrôle du parti, tout comme le compagnonnage dans Bennoo Bokk Yaakaar (Bby), seront mis à rude épreuve, au vu de positions qui se dégagent çà et là.

Les «rebelles» du Parti socialiste (Ps), à savoir Khalifa Sall et sa bande avaient été exclus du parti pour avoir voulu exiger le départ des «Socialistes» de la coalition présidentielle, mais aussi pour avoir contesté le leadership du Secrétaire général national du Ps, Ousmane Tanor Dieng. Aujourd’hui que leur retour au bercail est souhaité, le contrôle du parti, à travers le congrès qui se profile à l’horizon, tout comme le compagnonnage dans Bennoo Bokk Yaakaar (Bby), seront mis à rude épreuve, au vu de positions qui se dégagent çà et là. Si, bien évidemment, le «Khalifiste» en chef accepte de saisir la main tendue.

Maintenant que l’objectif est atteint, notamment celui de réélire le président Macky Sall, les jeux semblent ouverts dans certaines formations politiques. Ou du moins, pour le parti de l’ancien président, feu Léopold Sédar Senghor, l’heure est à l’ouverture aux récalcitrants de cette idée de soutien du président Macky Sall, en 2019. C’est le moins que l’on puisse dire, suite à l’appel lancé par le Bureau politique (Bp) dudit parti, le week-end dernier, en direction des «rebelles». En effet, le Secrétaire général national, Ousmane Tanor Dieng, et ses camarades de parti tendent la main aux Socialistes en désamour avec le parti pour les raisons évoquées ci-dessus, mais aussi pour avoir contesté le leadership de leur Sg, Ousmane Tanor Dieng. Mieux, les “Verts“ de Colobane se préparent à une mue, à savoir un Congrès ordinaire, à la veille des élections locales prévues en décembre de cette année.

Un appel qui n’est vraisemblablement pas tombé dans l’oreille d’un sourd, dans la mesure où des proches de Khalifa Sall se sont prononcés sur la question, non sans poser des conditions. Toutefois, les conditions posées semblent donner la voie à ce qu’adviendrait leur retour au bercail, que ce soit pour le contrôle du parti en tant que tel, ou du compagnonnage du Ps dans Bby. En effet, le maire de la Médina, Bamba Fall donne le ton en posant sur la table la nécessité de «revoir les coordinations», mais aussi de restituer la chefferie de Dakar à Khalifa Sall. Allant même plus loin dans ses exigences, Bamba Fall dira aussi que «la Coalition Bennoo Bokk Yaakaar aura forcément ses limites». Dans la même dynamique, son camarade Babacar Aba Mbaye de la Convergence socialiste, dans la région de Saint-Louis, ne mâchera pas ses mots. Estimant, en fait, que se sont eux de Taxawu Senegaal qui incarnent «le Ps des valeurs», il dira sans fioritures : «nous reviendrons au Ps, mais ce sera pour phagocyter ce qu’il en reste, recréer un nouveau Ps, avec un leadership réinventé et une organisation repensée. C’est cela qui nous importe. Et nous considérons que ce qui reste, c’est du bois qu’on utilisera pour illuminer l’avenir que nous pourrons construire pour le Ps». Pour lui, au moins, les choses sont claires.

En attendant la position de leur mentor, Khalifa Sall en prison dans le cadre de la Caisse d’avance de la mairie de la ville de Dakar, et à qui devait rendre visite son conseiller politique, Moussa Taye hier, ses proches donnent le ton de ce qu’il adviendra du Ps et de leur compagnonnage dans coalition présidentielle. Toutefois, celui qui s’était retiré de la compétition «dans l’intérêt supérieur du Parti socialiste», pour reprendre les mots de Khalifa Sall, à la veille du 15ième congrès du parti, les 6 et 7 juin 2014, semble disposer d’une occasion unique pour prendre les rênes du parti. Surtout que Ousmane Tanor Dieng qui avait été reconduit à la tête du parti à 93,93%  des suffrages, face à la seule concurrente Aïssata Tall Sall, 6,05% des suffrages valablement exprimés, est forclos par son âge, 77 ans en 2024.

Source : Jean Michel DIATTA  / Seneplus

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom