Le Coronavirus plus mortel que la grippe : Voici les explications de l’OMS après une nouvelle étude

Lors d’un point presse donné le 03 mars, le directeur général de l’OMS a insisté sur les “caractéristiques uniques” du SARS-CoV-2, plus sévère que le virus de la grippe.

“Ce n’est pas le SRAS, ni le MERS, ni la grippe. C’est un virus unique, aux caractéristiques uniques.” C’est ainsi que Tedros Adhanom Ghebreyesus a présenté le nouveau coronavirus baptisé SARS-CoV-2 lors d’un point presse donné le 3 mars. Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a entre autres insisté sur le taux de mortalité du CoVid-19, la maladie qu’il entraîne.

Une maladie “plus sévère” que la grippe…

Avec 94 225 cas et 3214 décès à travers le monde à l’heure actuelle, le CoVid-19 présente un taux de mortalité de 3,4% dans la population générale. C’est plus que ce que des études précédentes annonçaient et plus que la grippe, dont le taux de mortalité est inférieur à 1%.

L’une des différences majeures entre les deux maladies est que le CoVid-19 “est plus sévère que la grippe saisonnière, a indiqué Tedros Adhanom Ghebreyesus. Si beaucoup de personnes ont développé une immunité aux différentes souches de la grippe, le CoVid-19 est un nouveau virus contre lequel personne n’est immunisé. Cela signifie que plus de personnes sont vulnérables à l’infection, et certains développeront une forme sévère.”

… mais plus difficilement transmissible

Le directeur général a néanmoins précisé que le CoVid-19 se transmettait plus difficilement que la grippe : “Avec la grippe, les personnes infectées mais asymptomatiques sont des moteurs de transmission importants, ce qui ne semble pas être le cas avec le CoVid-19. Des données chinoises montrent que seulement 1% des cas rapportés sont asymptomatiques, et la plupart des cas développent des symptômes dans les deux jours suivant l’infection.”

Un taux de mortalité amené à évoluer

Le taux de mortalité de CoVid-19 risque toutefois de changer au fur et à mesure que le nombre de cas augmente. Certains experts pensent qu’il sera amené à diminuer sur le long terme, le nombre de cas asymptomatiques étant probablement sous-diagnostiqué.

Il convient de rappeler que les personnes les plus à risque d’infection et de décès par cette maladie sont les personnes âgées et celles souffrant de maladies chroniques, telles que l’hypertension ou le diabète.

Tedros Adhanom Ghebreyesus a conclu en expliquant que contrairement à la grippe, l’épidémie de coronavirus peut être contenue grâce à la recherche des “cas contacts”, qui aide à “prévenir les infections et sauver des vies” et qu’il encourage à continuer.

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom