LIBAN : L’architecte français Jean-Marc Bonfils est décédé dans la terrible catastrophe de Beyrouth

L’architecte Jean-Marc Bonfils, installé au Liban où il avait pris part notamment à des projets de restauration de bâtiments détruits par la guerre, compte parmi les victimes françaises des explosions meurtrières qui ont ravagé mardi Beyrouth, a annoncé la ministre de la Culture Roselyne Bachelot.

L’architecte Jean-Marc Bonfils, installé au Liban où il avait pris part notamment à des projets de restauration de bâtiments détruits par la guerre, compte parmi les victimes françaises des explosions meurtrières qui ont ravagé mardi Beyrouth, a annoncé la ministre de la Culture Roselyne Bachelot.

Portrait d’un architecte à la pratique multiculturelle 

L’architecte Jean Marc Bonfils est diplômé de l’«architecte DPLG» à Paris-Villemin, en 1987, et à ERASMUS Post Graduate School, Architectural Association of London. Jean Marc Bonfils est également diplômé de l'”Ecole du Louvre” en histoire de l’art.

Il avait participé en tant que major à plusieurs grands développements en France comme le projet Greenpark, plus grand Golf-Estate européen comprenant 3 golfs, 2 hôtels, 900 Maisons individuelles et 300 000 m² de siège. Il a développé sa pratique avec Christian de Portzamparc, Alain Sarfati, Studio d’Architecture, ARTE-Jean Marie Charpentier et Maurice Bonfils architectes.

Il était co-lauréat du Concours international pour l’aménagement paysager du district central de Beyrouth et est l’architecte de la Bibliothèque nationale du Liban. Il est enseignant à l’ALBA (LIBANESE ACADEMY OF BE BE ARTS).

Il était fréquemment invité à faire partie du jury des diplômes et a enseigné l’architecture à l’Université américaine de Beyrouth et à l’Académie Libanaise des Beaux-Arts.

Il était membre de l’Ordre des Architectes et Ingénieurs de Beyrouth, Membre de l’Ordre des Architectes d’Ile de France, membre du Comité national pour la préservation des maisons anciennes et membre fondateur du Comité du patrimoine et du patrimoine, Ordre des ingénieurs et architectes du Liban.

Il était également membre de la Fondation nationale patrimoniale et membre du Comité des musées nationaux.

Un cabinet florissant au coeur de Beyrouth

Discret et engagé, l’architecte français Jean-Marc Bonfils faisait peu parler de lui, et pourtant son travail, notamment l’immeuble Kettaneh à Mar Mikhael, appelé East Village, a fait connaître son cabinet JM. Bonfils and associates internationalement. Sa base de clients en expansion couvrait des projets divers allant du master planning, d’usage mixte, résidentiel, de loisirs, de restauration patrimoniale et culturel. Son cabinet est basée à Beyrouth et travaille au niveau national et international.

Outre l’équipe locale, le cabinet dispose d’un vaste réseau de partenaires internationaux et d’une société sœur “Landscape Ltd” qui permet à l’entreprise de fournir une large gamme de services de conception de conseil en paysage, de planification de site et de gestion de projet.

Le cabinet employait jusqu’à 15 personnes étroitement liées à des ingénieurs spécialisés. En plus du bureau d’études qui s’occupe de tous les aspects de la conception à toutes les étapes, Jean-Marc Bonfils s’attachait services de consultants spécialisés et un grand service paysager travaillant à toutes les échelles de l’aménagement aux espaces publics et à la conception urbaine.


PARTAGER

1 COMMENTAIRE

  1. Vous écrivez ceci : «Il est enseignant à l’ALBA (LIBANESE ACADEMY OF BE BE ARTS).». ALBA est l’acronyme de «Académie Libanaise des Beaux Arts», et n’a rien à voir avec le charabia qui se veut anglais que vous lui prêtez.

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom