Dernière Session Ordinaire : Madické NIANG, parité et Dolly, à l’ordre du jour à l’Assemblée Nationale

La séance plénière, prévue ce vendredi 12 octobre, est partie pour consacrer la dernière session ordinaire de l’Assemblée nationale, avant le scrutin présidentiel du 24 février 2019.

Outre le renouvellement de son bureau pour 2018-2019 qui ne devrait être qu’une simple formalité si la treizième législature vide la question de la parité agitée par certaines parlementaires autour de la chaise du 8ème vice-président, Pape Diop, la plénière de ce jour va certainement cristalliser les regards, en raison de la succession ouverte de Me Madické Niang à la présidence du groupe parlementaire « Démocratie et Liberté ». Le député Cheikh Mbacké Bara Dolly a été le choix de Me Wade.

La rentrée des parlementaires de la 13ème législature, prévue ce vendredi 12 octobre, consacre l’ouverture de la session ordinaire unique de l’année 2018-2019 de l’Assemblée nationale. Au centre des occupations des députés en ce jour, on retrouve le renouvellement du bureau de l’institution parlementaire. Un renouvellement qui devrait, en principe, être une simple formalité et voir la confirmation de Moustapha Niasse à la présidence de l’Assemblée nationale.

A moins que la question de la parité ne vienne troubler le renouvellement en question. Pour cause, la chaise de Pape Diop est lorgnée par certaines parlementaires qui réclament tout simplement le respect intégral de la loi sur la parité au sein du bureau de l’institution parlementaire. Dans l’actuelle configuration du bureau, on retrouve en effet cette disposition du 1er au 7ème vice-président : Moustapha Cissé Lo, Awa Guèye, Abdou Mbow, Aïda Sow Diawara, Abdoulaye Makhtar Diop, Ndèye Lucie Cissé, Alé Lô et le 8ème Pape Diop. Mais les femmes parlementaires veulent l’application stricte de la loi sur la parité dans le bureau de l’Assemblée nationale. Si elles obtiennent gain de cause, le leader de « Bokk Gis-Gis » devra céder son siège. Selon certaines indiscrétions, le président de « Bokk Gis-Gis » serait en train de manœuvrer pour que son siège revienne à un des membres de son mouvement alors que de l’autre côté, le Pds ne serait pas insensible au poste. Arriveront-ils à trouver un gentleman agreement ?

L’autre fait marquant de la séance plénière d’aujourd’hui se rapporte certainement au remplacement envisagé de Me Madické Niang comme président du groupe parlementaire « Liberté et Démocratie ». Pour rappel, suite à la brouille entre Abdoulaye Wade, secrétaire général national du Pds, et son ancien ministre des Affaires étrangères qui a posé sa candidature à la présidentielle, comme alternative à l’invalidation de Karim Wade, le Pape du Sopi avait exigé le limogeage de Me Madické Niang de son poste de président du groupe parlementaire libéral. Un poste sur lequel l’ancien patron libéral de la Chancellerie ne s’était pas accroché.

Selon certaines informations, Me Wade aurait d’ailleurs proposé trois noms pour prendre la place du désormais ex-président du groupe parlementaire « Liberté et Démocratie », à savoir : Toussaint Manga, le député de Touba Cheikh Mbacké Bara Doli et Marie Sow, présidente de la section féminine de l’Ujtl. Joint au téléphone, le chargé de la Communication du Pds Mayoro Faye n’a ni confirmé ni infirmé ces allégations. Mais, aux dernières nouvelles, Cheikh Mbacké Bara Doli a remporté la palme.

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom