Nous ne sommes pas une République

SENEGAL – Au lendemain de la publication des résultats provisoires du scrutin du 24 février 2019 donnant au président sortant Macky Sall une large victoire dès le premier tour, le pays doit maintenant faire face à ses enjeux. Des enjeux qui interpellent tout le monde, selon Mame Adama Guèye.

‘’Ces enjeux interpellent tout le monde. Les acteurs politiques, les opérateurs économiques, la presse, les citoyens, parce que beaucoup d’entre nous s’inscrivent dans une logique de contournement permanent. On n’essaye même plus de faire les choses dans les règles’’, a déploré l’avocat qui plaide pour une refondation de la société et le rétablissement de la normalité républicaine. Il insiste : ‘’nous avons les atours d’une République. Mais nous n’avons pas une véritable République. Il faut remettre en cause l’omnipotence du président pour avoir une justice qui joue son triple rôle de régulation sociale, économique et politique’’.

Mame Adama Guèye reconnait que la transition pacifique d’une alternance à une autre, notée au Sénégal est une bonne chose. Mais il reste convaincu qu’elle ne se déroule pas dans le respect des règles d’une démocratie majeure. ‘’La dévolution civilisée du pouvoir comme nous avons l’habitude de le faire est une bonne chose mais il reste beaucoup à faire. Par exemple, il est totalement inéquitable qu’un pouvoir en place puisse disposer des dizaines de milliards pour aller à des élections. On n’a aucune règle qui régit les dépenses électorales. Il faut tout faire pour avoir un plafond des dépenses et que son dépassement soit sanctionné’’, plaide-t-il.

Sur les questions économiques, le constat est alarmant d’après l’avocat. ‘’ Pourquoi chaque président qui arrive crée ses hommes d’affaires ? A chaque fois qu’il y a un nouveau chef d’Etat, il y a de nouveaux milliardaires qui sortent de terre’’, s’insurge-t-il.  ‘’Pis ce sont des gens qui n’avaient aucune activité économique dans les secteurs dans lesquels ont leur donne des opportunités colossales. Aujourd’hui les plus grands marchés de BTP pendant le septennat de Macky Sall ont été confiés à des novices qui n’avaient aucune expérience, au détriment des entreprises présentes des dizaines d’années dont la compétence est indiscutable au Sénégal et en Afrique. On les prive de ces marchés parce qu’ils ne sont pas en connivence avec le système. Ceux à qui ont donne ces marchés sont soit des amis, soit des parents du couple présidentiel. C’est le cas du Building administratif, l’université Amadou Makhtar Mbow, de la sphère ministérielle et de l’assainissement de Diamniadio, le port de Bargny. ….et autres’’, relève-t-il, ajoutant que quand un président arrive, il crée ses propres hommes d’affaires. Ce qui, à ses dires, est souvent une manière de détourner de l’argent.

Sur le plan politique l’invité de SenePlus se réjouit de l’arrivée d’une nouvelle vague d’hommes symbolisés par Ousmane Sonko, Issa Sall, Ibrahima Deme, etc. Toutefois, il prévient : ‘’ J’espère qu’ils ne se laisseront pas phagocyter par le mécanisme, l’écosystème politique. Et je suis sûr que même les ‘’autres’’ changeront ou disparaitront’’, a-t-il conclut.

Source : seneplus

(Visited 1 times, 1 visits today)

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom