Présidents Sénégalais : l’Irrésistible Tentation Népotique

Depuis Senghor, chacun des quatre présidents sénégalais successifs a eu l’occasion de nommer des membres de sa parentèle à de hautes fonctions publiques. Mais après l’ère de « Monsieur Fils » (Karim), sous Abdoulaye Wade, le rôle prêté à « Monsieur Frère » (Aliou) sous Macky Sall est à l’origine d’un scandale sur fond d’hydrocarbures qui n’en finit pas de rebondir… 

Le Sénégal, affublé du statut de « vitrine de la démocratie en Afrique », aura beaucoup flirté avec la promotion par ses chefs d’État successifs de leur parentèle proche.

Le président Abdou Diouf avait fait de son frère cadet, Magued, son ministre de la Modernisation et de la Technologie, puis celui de l’Industrie, de l’Énergie et des Mines. Le président Léopold Sédar Senghor, président de la République de 1960 à 1980, avait nommé son neveu, Adrien Senghor, ministre d’État et ministre de l’Équipement. Le président Abdoulaye Wade, à la fin de son règne, avait quant à lui confié un ministère d’État et quatre portefeuilles ministériels à son fils Karim.

A voir également : 

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom