Que mijote le PDS pour empêcher les élections de se tenir au Sénégal ?

Le verdit est tombé hier soir tard au Conseil constitutionnel du Sénégal. Karim Wade et Khalifa Sall sont finalement recalés et ne participerons pas aux élections du 24 Février 2019. Comme la plupart des libéraux, Me Amadou Sall persiste à déclarer qu’il n’y aura pas d’élections si la candidature de Karim Wade est rejetée.

« Le Conseil constitutionnel a perdu toute lucidité. Nous allons pas boycotter les élections, nous allons nous y opposer. Il n’y aura pas d’élections au Sénégal », a t-il déclaré dans le journal VoxPop.

Des propos qui on fait réagir le porte-parole du gouvernement. Selon Seydou Guèye, « c’est des enfantillages » car « personne ne peut empêcher la tenue des élections ». « L’Etat prendra ses responsabilités pour la tenue des élections dans la transparence », a t-il fait savoir.

Mais le PDS attend son leader le Pape du Sopi, Abdoulaye Wade qui doit débarquer en fin de semaine selon une source. Et selon toujours cette source, des réunions secrètes dont les participants sont déjà triés sur volet ,auront lieux dans un endroit non révélé. L’objectif est de mettre en place un plan de riposte à la hauteur de l’affront.

Chez Taxawu Sénégal, les pro-khalifiste avaient déjà montré la couleur à la veille de la publication des résultats. Et d’après Jean Paul Dias, ils resterons pas les mains croisés.

Aux dernières nouvelles, les deux parties sont prêtes à joindre leurs forces pour mener des actions d’envergure.

En attendant, tout Dakar et sa banlieue sont quadrillées par les forces de l’ordre.


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom