Qui est Rachid El Jay, l’imam de Brest blessé par balles

Pour celui qui écoute de la musique, « créature du diable », il y a « un risque qu’Allah le transforme soit en porc soit en singe ». Voilà l’une des recommandations qui ont fait la réputation du jeune imam Rachid El Jay – également appelé Rachid Abou Houdeyfah -, victime ce jeudi d’une tentative d’assassinat à Brest (Finistère).

Blessé par balles devant la mosquée Suuna de Pontanézen où il prêche depuis plusieurs années, ce YouTubeur de la religion a maintes fois été menacé de mort avant ce passage à l’acte, en s’attirant jusqu’aux foudres de Daech.

Initialement, c’est plutôt sa tendance fondamentaliste et ses propos apparentés au salafisme qui lui ont valu les critiques des politiques bretons et des musulmans modérés. En 2015, en plein climat de terrorisme, Rachid El Jay s’est fait connaître par ses positions jugées radicales sur les femmes ou certains loisirs.

La pluie de réactions à ses vidéos polémiques avait à l’époque attiré l’attention du président de la République, François Hollande, qui avait déclaré – à tort – que sa mosquée avait été fermée. Cette dernière avait en fait l’objet d’une perquisition administrative quelques jours après les attentats de Paris et Saint-Denis, mais cette dernière n’avait donné lieu à aucune interpellation et avait été classée sans suite. Les activités économiques de l’imam étaient alors surveillées, notamment quant à des dons reçus pour financer son école coranique ainsi que des revenus de ventes en ligne ou générés par les vidéos de l’imam postées sur Internet.

Un changement d’attitude notable

Face à ces multiples polémiques, Rachid El Jay a semble-t-il changé radicalement d’attitude en 2016. Sur les réseaux sociaux, il apparaît désormais tête nue, la barbe taillée, parfois même avec des chemises à carreaux. Il a également suivi une formation dispensée à l’université de Rennes, intitulée « Religions, droit et vie sociale », dont le but est « d’assurer une formation civique et citoyenne, notamment pour former des référents laïcité dans divers domaines de la vie professionnelle ou associative ». De quoi finalement devenir une cible de Daech, par qui il a été directement menacé de mort en août 2016.

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom