Rapport Transparency International : Le Sénégal 8e pays le moins corrompu en Afrique

La gouvernance sobre et vertueuse tant prônée par Macky Sall lors de son accession à la magistrature suprême n’a pas produit les effets escomptés. En effet, dans le domaine de la corruption, le Sénégal demeure toujours dans la zone rouge, et figure à la 66e place des pays les corrompus dans le monde, et 8e en Afrique, livre des études réalisées par Transparency International.

Les formes de corruption au Sénégal il y en a.  Récemment, le dernier rapport de l’Ofnac a révélé que le total de pots-de-vin durant la période de l’étude (12 mois), les pot-de-vin s’élèvent à 118, 44 milliards de francs CFA, a déclaré Dr Binette Mbengue Ndiaye qui se prononçait sur le rapport de Transparency International sur l’Indice de perception de la corruption dans le monde.

​Poursuivant, Dr Ndiaye, chargée de programmes au Forum civil, relève que cet argent qui devait aller dans les caisses de l’Etat s’est retrouvé dans les poches de privés».

Dans la même foulée, elle révèle que l’étude a aussi indiqué que  71,7% des personnes les plus incriminées dans cette enquête exercent dans l’administration où elles occupent une place importante.

D’ailleurs, le Forum civil, partenaire de Transparency International  a formulé des recommandations telles que «mettre en place une politique, une évaluation sobre et vertueuse promues par les autorités publiques depuis 2012». Car justifie Dr Ndiaye, «on s’est rendu compte que de 2013 à 2017, l’IPC (Indice de perception de la corruption) n’a progressé que de 4 points. Donc le Sénégal est passé de 41 à 45 et est resté au statu quo pendant deux ans».

Dr de conclure : «En termes d’efforts, le Sénégal n’a pas déployé d’efforts conséquents dans la lutte contre la corruption».

Le Sénégal, qui occupait la 67e place au classement mondial en 2017 na régressé d’un point.

Des efforts louables dans une majorité stagnante

 Au cours des six dernières années, certains pays, comme le Sénégal, la Côte d’Ivoire ou la Grande-Bretagne, ont accentué leurs efforts dans la lutte contre la corruption, selon la même source.

D’autres en revanche chutent encore au classement comme la Syrie où la guerre entrera à la mi-mars dans sa huitième année, ou le Yémen, en proie également à une guerre civile depuis plus de trois ans. Dans le haut du classement figurent sans surprise plusieurs pays nordiques, dont le Danemark (2e), la Finlande, la Norvège (3e ex-aequo avec la Suisse) et la Suède (6e). La Nouvelle-Zélande occupe comme l’an dernier la 1ère place. Le Canada est 8e, la Belgique 16e et la France 23e.

L’Afrique le Continent des pays les plus corrompus

En bas de classement se retrouvent la Somalie (180e et dernier), le Sud-Soudan, la Syrie, l’Afghanistan et le Yémen. Chaque année, Transparency établit un « Rapport sur la perception de la corruption », une évaluation (portant cette année sur 176 pays) sur une échelle de 0 à 100 allant du pays le plus corrompu au plus vertueux. Ce travail s’appuie sur des données collectées par 12 organismes internationaux, dont la Banque mondiale, la Banque africaine de développement ou le Forum économique mondial.

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom