RDC – Au moins 17 morts à la suite d’une nouvelle épidémie d’EBOLA

La République démocratique du Congo "fait face à une nouvelle épidémie de maladie à virus Ebola", qui a déjà tué 17 personnes dans la province de l’Équateur (nord-ouest), a indiqué mardi le ministère de la Santé.

Le gouvernement confirme que  deux cas confirmés d’Ebola (sérotype Zaïre par RT-PCR) en provenance de Bikoro (Equateur), après des analyses effectuées par  l’Institut National de Recherche Biologique (INRB) de Kinshasa le dimanche 6 mai 2018. Depuis la notification des cas le 3 mai dernier, aucun décès n’a été reporté ni parmi les cas hospitalisés ni parmi le personnel de santé, disent les autorités sanitaires.

« Notre pays fait face à une nouvelle épidémie de la maladie à virus Ebola qui constitue une urgence de santé publique de portée internationale », a dit Lambert Matuku, ministre d’Etat chargé du travail, au nom du ministre de la santé Oly Ilunga, en mission.

Le gouvernement affirme disposer de ressources humaines bien formées en cette matière « qui ont toujours été en mesure de rapidement maîtriser les épidémies précédentes. »

 

L’épidémie en RDC est la neuvième épidémie d’ Ebola depuis la découverte de ce virus sur son sol en 1976.

La maladie a été détectée dans une zone de forêt équatoriale, frontalière du Congo-Brazzaville, et situé à environ 600 km au nord-ouest de Kinshasa.

“Cinq échantillons prélevés chez les cas suspects ont été envoyés pour analyse à l’Institut national de recherches biologiques (INRB) de Kinshasa le 6 mai. Deux se sont révélés positifs”, précise le ministère dans son communiqué.

L’OMS indique qu’elle veut “rassembler d’autres échantillons” et sensibiliser les populations “avec des messages de prévention et de contrôle” selon son directeur pour l’Afrique, le Dr Matshidiso Moeti.

La dernière épidémie d’Ebola en RDC remonte en 2017. Rapidement circonscrite, elle avait fait officiellement 4 morts.

Une terrible épidémie avait frappé l’Afrique de l’Ouest entre fin 2013 et 2016, causant plus de 11.300 morts sur quelque 29.000 cas recensés, à plus de 99% en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

Vox Africa


PARTAGER