RENNES : Pour ne pas rater son train, il fait un faux appel à la bombe

Il aura réussi à créer une sacré pagaille. Vers 9h30 ce dimanche matin, un homme a appelé la SNCF pour signaler qu’une bombe aurait été placée sous le pont Saint-Hélier surplombant les voies ferrées, à quelques centaines de mètres de la gare de Rennes.

Ce dimanche matin vers 9 h 30. La SNCF reçoit un appel téléphonique signalant qu’une bombe aurait été déposée sous le pont Saint-Hélier à Rennes qui surplombe les voies SNCF à quelques centaines de mètre de la gare.

Secteur bouclé

Aussitôt, la SNCF interrompt le trafic ferroviaire et des forces de police bouclent le secteur du pont Saint-Hélier. Ils doivent inspecter les lieux pour vérifier si la menace est véridique ou pas. Pendant ce temps-là, plusieurs centaines de personnes sont bloquées dans des trains ou en gare.

« Peur de manquer » son train

À 11 h, l’alerte est levée. Aucun colis suspect n’a été trouvé. Par contre, la police a réussi à identifier l’auteur de cette alerte à la bombe. « Il s’agissait d’un homme qui devait prendre le train ce matin vers Paris et qui avait peur de le manquer », explique la préfecture de Rennes. L’homme a été interpellé à la gare et a été placé en garde à vue au commissariat de Rennes.

Jusqu’à deux ans de prison et 30 000 euros d’amende

Que risque-t-il ? Selon l’article 322 – 14 du code pénal : « Le fait de communiquer ou de divulguer une fausse information dans le but de faire croire qu’une destruction, une dégradation ou une détérioration dangereuse pour les personnes va être ou a été commise est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000  € d’amende. » La SNCF devrait aussi déposer plainte. Neuf TGV ont été impactés.


A voir également : Il lance une alerte à la bombe sur un vol Lyon-Rennes… pour ne pas que ses parents le rejoignent

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom