Saccage du siège du journal ‘’Les Echos’’ au Sénégal : Les six auteurs arrêtés !

La Section de Recherche de Colobane vient de mettre la main sur les auteurs présumés du saccage de la Rédaction de ‘’Les Echos’’. Selon IRadio qui donne l’information, ils sont au nombre de six (6).

Elles seront auditionnées à la Section de recherches qui devrait rapidement boucler le dossier. Par ailleurs, l’enquête se poursuit, renseigne la même source.

Pour rappel, le journal « Les Echos » a été attaqué, hier lundi. Des individus qui se sont présentés comme des Moustachidines, disciples de Serigne Moustapha Sy, ont saccagé les locaux. Dans sa parution du 03 août, Les Echos a titré sur la santé du guide des Moustarchdines.

Selon le journal, Serigne Moustapha Sy serait atteint de Covid-19 et serait interné à l’hôpital Principal de Dakar. Ce qui aurait provoqué l’ire de ses disciples.

L’APPEL confirme la maladie du marabout et s’indigne

L’Association des éditeurs et professionnels de la presse en ligne (Appel), qui “s’indigne” du saccage, ce lundi 3 août, des locaux du journal en ligne Jotaay et du quotidien «Les Échos», précise que l’information, à l’origine de ce cette attaque, était vérifiée, fiable et crédible.
“L’objet supposé de l’attaque est la publication dans son édition de lundi d’un article qui révèle l’hospitalisation du guide des Moustarchidines Wal Moustarchidatis, Moustapha Sy, pour raison de Covid-19 à l’Hôpital Principal de Dakar. Une information confirmée par des autorités de l’établissement sanitaire. Des rédactions via leur groupe Whatsapp ont eu à échanger sur cette information. Donc ce n’était point une fake news encore moins une rumeur. L’information est bien vérifiée, fiable et crédible”, lit-on dans un communiqué de presse.

Ibahima Lissa Faye a ainsi déploré cette pratique qui, pensent-il, était définitivement révolue au Sénégal depuis le saccage des locaux des journaux L’As et 24 Chrono, il y a de cela plus de 10 ans. 

L’Appel “trouve inacceptable que dans un Etat de droit des journalistes soient agressés pour leurs écrits ou que des entreprises de presse soient mises à sac pour la publication d’une information”

Selon elle, “les éditeurs de la presse en ligne, comme tous les militants et professionnels des médias, ont, par ailleurs, été surpris par la teneur du communiqué sorti quelques heures après l’attaque. Ce texte fournit suffisamment d’indices sur les motifs de l’expédition punitive et les commanditaires”.

Ces professionnels de la presse en ligne appellent ainsi “les organisations membres de la Coordination des associations de presse (Cap) et tous les militants de la liberté d’expression à se tenir debout pour dénoncer cette barbarie mais surtout pour que les auteurs soient traqués et sévèrement punis”. 

Parce que, disent-ils, cette attaque réveille le monstre et pourrait inspirer d’autres renégats et fossoyeurs de la liberté de presse surtout en ces temps de crise et de surchauffe du climat social.


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom