Syrie : L’attaque meurtrière d’Israël à fait au moins 23 morts

Au moins 23 morts. C’est le bilan des frappes nocturnes menées en Syrie par l’armée israélienne : cinq soldats syriens et 18 membres de forces alliées du régime, a rapporté jeudi l’Observatoire syrien des droits de l’Homme. Des Syriens et des étrangers font partie des combattants tués.

Les tensions entre Israël et l’Iran autour du théâtre syrien ont connu un brusque accès ce jeudi matin. Ainsi, avec pour la première fois, des dizaines de tirs de roquettes directement attribués à l’Iran vers des positions israéliennes, provoquant une vigoureuse riposte de l’Etat hébreu en Syrie. En effet, la brigade al-Qods, chargée des opérations extérieures des Gardiens de la révolution, l’armée d’élite du régime iranien, a tiré peu après minuit une vingtaine de roquettes de type Fajr et Grad.

Après des semaines de crispations grandissantes, les premières lignes militaires sur la partie du Golan occupé par Israël ont essuyé un barrage d’une vingtaine de projectiles et roquettes. Ces derniers, sont déclenché selon l’armée israélienne par les forces iraniennes de l’autre côté de la ligne de démarcation en Syrie. Cependant, les tirs n’ont pas fait de victimes et ont causé des dégâts limités.

28 avions et 70 missiles

L’armée israélienne a utilisé 28 avions et tiré 70 missiles contre les infrastructures iraniennes en Syrie, a affirmé jeudi le ministère russe de la Défense, précisant que la moitié des missiles avaient été détruits par la défense antiaérienne syrienne. Ces frappes ont visé « des positions des forces iraniennes et des positions liées au système de défense aérien syrien dans la zone de Damas et dans le sud de la Syrie », selon le ministère. « Les dégâts subis par les forces iraniennes et les infrastructures militaires et civiles syriennes sont en cours d’évaluation. »

« Une situation malheureusement très grave »

Moscou a appelé l’Iran et Israël à « la retenue », faisant part de sa « préoccupation ». « Nous avons établi des contacts avec chaque partie, nous les appelons toutes à la retenue », a indiqué le vice-ministre des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov, ajoutant : « bien sûr, cela suscite pour tout le monde de la préoccupation ». Les frappes interviennent au lendemain d’une rencontre à Moscou entre le président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Évoquant la situation au Moyen-Orient, Poutine avait estimé qu’elle était « malheureusement très grave » et déclaré vouloir « chercher des solutions » avec Netanyahu après le retrait des Etats-Unis de l’accord nucléaire iranien.

PARTAGER