Un taupe à la Maison Blanche fait trembler Donald Trump : « C’est comme un enfant de 12 ans dans une tour de contrôle »

Dans le livre « A Warning », un membre de l’administration Trump qui a choisi de rester anonyme délivre un témoignage édifiant sur le président américain. Des extraits de l’ouvrage qui sortira le 19 novembre prochain ont été diffusés dans la presse. 

« Un enfant de 12 ans dans une tour de contrôle, qui appuie sur tous les boutons de manière erratique ». Dans A Warning (Un avertissement en français), un ouvrage de 259 pages à paraître le 19 novembre aux Etats-Unis, un haut fonctionnaire anonyme de la Maison Blanche publie un portrait au vitriol de Donald Trump. C’est déjà lui qui avait publié une tribune dans le New York Times (en anglais) en 2018 : il expliquait alors comment il essayait de contrôler les « pires penchants » du président.

Le Washington Post (en anglais) a pu consulter l’ouvrage. Dans son compte-rendu, on découvre un chef d’Etat très irritable, amateur de blagues sexistes et racistes, avec de réelles difficultés à synthétiser les informations.

Contrairement au livre Fire and Fury : Inside the Trump White House, du journaliste Michael Wolff, qui décrivait la première année de sa présidence, l’auteur ne se concentre pas sur une période précise, afin d’éviter d’être identifié. Il dépeint une ambiance pesante et livre des anecdotes qui constituent un portrait inquiétant du locataire de la Maison Blanche. 

Déjà poussé dans les cordes par la procédure de destitution qui le menace, Donald Trump devrait bientôt endurer une nouvelle épreuve avec la publication d’un livre d’un haut responsable de son administration, auteur l’an dernier d’une tribune explosive dans le New York Times.

Intitulé « A Warning » (« Un Avertissement »), le livre doit être publié le 19 novembre aux éditions Twelve. Son auteur, anonyme, avait écrit en septembre 2018 dans le New York Times une tribune à charge qui avait provoqué la colère du président américain.Sous le titre « Je fais partie de la résistance au sein de l’administration Trump », le haut responsable racontait comment il s’efforçait, avec d’autres, de lutter de l’intérieur contre les « pires penchants » d’un président au leadership « mesquin », « impétueux » et « inefficace ».

Preuve de ce malaise ambiant : il affirme, sans que personne n’ait pu le confirmer, que plusieurs membres de l’administration Trump ont envisagé de démissionner collectivement l’an dernier pour alerter le grand public sur la conduite du président. Ils ont finalement renoncé, estimant que cet acte déstabiliserait davantage un gouvernement déjà chancelant. 

Il imite l’accent hispanique et refuse de lire 

Donald Trump apparaît sans filtre, ne manquant pas une occasion de se fendre d’une remaque sexiste : « Il commente le maquillage, fait des blagues sur le poids, critique les vêtements », affirme l’auteur anonyme. Le président américain n’hésite pas non plus, selon lui, à parler avec un accent hispanique lors d’une réunion dans le bureau ovale pour se plaindre des migrants qui traversent la frontière : « Ces femmes arrivent avec sept enfants, elles nous disent : ‘Oh, s’il vous plaît, aidez-nous ! Mon mari m’a quittée !’ Elles ne servent à rien. Elles ne font rien pour notre pays. Au moins, si elles venaient avec un mari, on pourrait les mettre dans les champs pour cueillir du maïs », aurait-il ainsi lâché, selon les propos relatés dans ce livre au vitriol. 

Au-delà de ces sorties, Donald Trump « bredouille, insulte, s’embrouille, s’agace facilement  et a du mal à synthétiser des informations. Cela n’arrive pas de manière occasionnelle, mais régulièrement », affirme le haut fonctionnaire. Il aurait également été demandé à son administration de ne lui préparer que des PowerPoint parce qu’il « ne veut pas lire ». Par la suite, ces derniers ont même dû réduire leurs messages à « trois points principaux », y compris sur des sujets complexes comme « les opérations militaires ou le budget fédéral ». 

La Maison Blanche contre-attaque 

Jeudi, la Maison Blanche a qualifié l’ouvrage de « mensonges » et « d’œuvre de fiction », selon les mots de la porte-parole du président, Stephanie Grisham. Selon CNN, le ministère de la Justice a tenté d’intimider l’auteur en envoyant une lettre à la maison d’édition pour savoir si le livre enfreignait une clause de confidentialité tout en essayant d’obtenir des renseignements sur son identité. 

« Il bafouille, insulte, s’embrouille, s’irrite facilement »

Car delà des méthodes, l’auteur de « A Warning » insiste aussi sur le comportement et le langage du président candidat à un second mandat, « Tout ce que je peux vous dire, c’est que les gens normaux qui passent du temps avec Donald Trump sont mal à l’aise face à ce qu’ils voient. Il bafouille, insulte, s’embrouille, s’irrite facilement et a du mal à synthétiser des informations. Cela n’arrive pas de manière occasionnelle, mais régulièrement. Ceux qui prétendent le contraire se mentent à eux-mêmes ou au pays. » Pire, lorsqu’il s’agirait d’une décision de la plus haute importance, Trump débarquerait dans les réunions sans avoir lu les notes préparées à son attention, car « Trump ne veut pas lire » insiste l’auteur, consterné. 

En attendant la publication de l’ouvrage, les soutiens de Donald Trump se pressent de le défendre, en soulignant notamment le statut anonyme de l’auteur, « Le lâche qui a écrit ce livre n’y a pas mis son nom parce que ce n’est que mensonges » a notamment déclaré Stephanie Grisham, la porte-parole du président. 

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom