Une armée Européenne contre les USA et la CHINE : Trump juge insultant les propos de Macron

Vendredi, le président américain avait dénoncé les propos «très insultants» de son homologue français sur la création d’une armée européenne. Samedi, le ton était plus apaisé. 

En cette veille de 11-Novembre, l’heure devait être à la commémoration de la paix. C’était sans compter sur le caractère imprévisible du fantasque président américain. Quelques instants avant de poser les pieds sur le sol français vendredi soir, Donald Trump s’est fendu d’un tweet ravageur dont il a le secret, dénonçant les propos «très insultants» d’Emmanuel Macron, qui avait appelé l’Europe à se doter d’une armée. Une nouvelle fois, l’homme à la crinière blonde balaye tous les usages diplomatiques.

Les retrouvailles samedi matin à l’Élysée entre les deux hommes étaient donc attendues. Elles furent scrutées en détails. Sous la bruine parisienne, Emmanuel Macron a accueilli Donald Trump. Tout sourire, il a descendu les marches du péron pour retrouver son invité, jouant la carte de la proximité, tel qu’il a déjà pu le faire dans le passé. Le président français s’est dit «très heureux d’accueillir» son homologue américain. Assis sous les ors d’un salon élyséen, il ajoutait: «Nous célébrons ici l’amitié entre nos peuples, nos armées, et la formidable solidarité qu’il y a eu entre nous qui sommes parmi les plus vieux alliés du monde». Tout cela en tapotant régulièrement la cuisse de Donald Trump.

Ces dernières années, certains jeux et consoles rétro ont vu leur valeur augmenter de façon spectaculaire.

«Les États-Unis payent pour protéger l’Europe»

Ce dernier, bien moins en joie que son hôte, a tenu à souligner qu’il considérait toujours Emmanuel Macron comme «un très bon ami» avec qui il a «hâte de passer ces quelques jours». «Nous avons beaucoup de choses en commun à de nombreux égards, peut-être que certaines personnes pensent le contraire, mais non, nous partageons beaucoup de choses», a-t-il confié.

Puis sur le dossier de la défense européenne, Donald Trump a pris le contre-pied de son tweet: «J’apprécie énormément ce que vous avez dit concernant le partage du financement de la défense. Nous souhaitons que l’Europe soit forte, nous devons travailler de manière efficace afin de renforcer l’Europe, c’est ce que nous souhaitons tous […] Nous pensons que le plus important, c’est l’équité. À l’heure actuelle, ce sont les États-Unis qui payent pour protéger l’Europe.»

Emmanuel Macron est allé dans son sens: «Il n’est pas juste que la sécurité en Europe soit uniquement financée par les Etats-Unis. Nous avons besoin d’investir plus dans la défense.»

La demande d’un meilleur «partage du fardeau» constitue une demande récurrente de Donald Trump qui, depuis son accession à la Maison-Blanche, n’a de cesse d’accuser ses alliés de l’Otan notamment de vivre aux crochets de Washington sur les questions de défense.

Confusion

Vendredi soir, Donald Trump, comme en réponse à l’interview donnée mardi par Emmanuel Macron, avait ainsi tweeté: «Le président Macron vient de suggérer que l’Europe construise sa propre armée pour se protéger contre les Etats-Unis, la Chine et la Russie. Très insultant mais peut-être que l’Europe devrait d’abord payer sa part à l’OTAN, que les Etats-Unis subventionnent largement!»

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom