VIDÉO – La Société Générale ferme tous les comptes d’une cliente qui a osé la critiquer sur twitter

Dans les Hauts-de-Seine, une libraire s’est vue signifier par la Société générale la fermeture de ses comptes. Elle s’était plainte de la mauvaise qualité de service.

« Dans la foulée, j’ai reçu un appel du directeur de l’agence, non pas pour m’aider et trouver une solution à mon problème, mais pour me dire d’arrêter de tweeter et pour me menacer de fermer mon compte », raconte la libraire. Qui partage régulièrement sur les réseaux sociaux ses coups de cœur littéraires et ses petits coups de gueule du quotidien, entre les galères de transports et celles que peut rencontrer tout commerçant.

Sauf que la menace de sa banque a été rapidement mise à exécution. Elle reçoit ainsi un premier recommandé daté du 12 décembre. Une lettre à en-tête de la Société générale mettant fin au contrat, dans le délai de 60 jours légal. « J’ai néanmoins obtenu un rendez-vous auprès du directeur, le 20 décembre, cela a duré exactement six minutes », raconte Julie Goislard, qui était alors accompagnée de son conjoint. « Il a été totalement impossible de discuter et le directeur nous a indiqué qu’il faisait ce qu’il voulait et qu’il pouvait même clôturer tous nos comptes », souffle-t-elle.

Des lettres recommandées sans en-tête de la banque

Depuis, la libraire et son compagnon ont reçu trois recommandés datés du 21 décembre, soit le lendemain du rendez-vous, stipulant la fermeture de leurs comptes personnels. Avec une petite particularité : les missives sont envoyées sur un papier blanc, sans en-tête de la banque, sans les mentions légales de recours au médiateur. « Cela nous a surpris car les courriers ne ressemblent pas au premier », explique la commerçante, qui a reçu, entre-temps, un recommandé l’informant de la fermeture du compte en banque d’une de ses filles.

« C’est totalement délirant comme situation », souffle la commerçante clichoise qui a raconté sa mésaventure sur Facebook, cette fois, générant plusieurs centaines de partages et de commentaires de soutien. Certains relayant d’ailleurs des difficultés relationnelles avec cette même agence bancaire.

De son côté, la Société générale refuse de commenter ce dossier, en vertu de « la confidentialité et du secret bancaire ». Mais indique avoir eu connaissance de ce cas et déplore les tweets de la libraire. « La banque peut fermer un compte bancaire à tout moment en respectant un préavis de 60 jours », précise le service communication du groupe, ajoutant que « la banque n’a pas à motiver sa décision ».

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom