VIDEO. Les images de l’Imam qui a violé les fillettes à Keu Momar Sarr

Dans la banlieue dakaroise, la nouvelle du viol des gamines âgées de 04 à 05 ans choque plus d’un. C’est précisément à l’unité 14 de Keur Massar que l’imam Niang a violé toute une génération de fillettes.  Après son acte ignoble, le maître coranique et adjoint de l’imam s’est évaporé dans la nature.

Situé au cœur de la banlieue dakaroise, la ville de Keur Massar anime l’actualité sénégalaise car il ne se passe un mois sans que le nom de cette cité ne soit cité dans les faits divers sénégalais. C’est grâce à une fille âgée d’une vingtaine d’année que les parents découvriront que toute une génération de jeunes filles était souvent violée par Imam Niang.

Certains parents d’élèves ont découvert les agissements du sieur en amenant leur fille à l’hôpital mais jusqu’à présent, d’autres refusent d’en parler car les analyses ne sont pas encore finies.

Résidant dans le quartier depuis plus de 20 ans, le sieur Niang apprenait le saint coran aux enfants du coin. Avec la rigueur et les bonnes paroles qu’il appliquait, Imam Niang a fini par gagner le cœur des parents du quartier. C’est ainsi que plusieurs enfants lui sont confiés. En plus de ses cours dans l’école coranique, il dispensait également des cours à domicile.

Malgré son savoir, Imam Niang avait du mal à gérer sa libido. Même s’il le faisait depuis plus 20 ans, c’est ce vendredi 28 juin que son secret sera dévoilé auprès du grand public. Après son acte, imam Niang passe de maison en maison comme pour s’enquérir de l’état de ses victimes. Ce fut le cas avec cette gamine de 04 ans.

« Il est venu voir ma fille le mardi. Car la petite ne s’est pas présentée dans son « dahaara», mais à peine avoir franchi la porte, la gamine s’est réfugié dans ma chambre. Elle me disait « yaye Oustaz day oubi sama tate » (maman le maître coranique va me dévêtir) puis enchaîna « boulko bayi mou dougou fii »(ne le laisse pas entrer chez nous) », a informé la maman d’une victime.

Et c’est grâce à cette révélation que la mère a pris le soin de voir la douleur de sa fille. Car les jours précédents, la petite avait déclaré qu’elle souffrait de maux de ventre. Selon la tante de la fille, elle avait de la peine même pour pisser.

« Moi j’étais très étonné de voir la petite fuir son maître coranique. C’est depuis que la fille nous a demandé de chasser Imam Niang que j’ai commencé à l’interroger. Et pourtant moi je me suis toujours méfiée de cet homme et le voisinage peut en être témoin. J’ai finalement réussi à convaincre ma sœur pour amener sa fille à l’hôpital », a laissé entendre la tante de la victime.

Et c’est grâce à cette tante que le quartier fut informé des barbaries de l’imam Niang. Après les différentes analyses et le résultat positif du viol,la tante de la fille âgée d’une vingtaine d’années est partie chercher le maître coranique dans son lieu de travail.

« Quand j’ai eu la nouvelle du viol, j’ai alerté tout le quartier. A haut voix j’ai informé que nos gamines sont en danger. J’avais de mauvais pressentiments envers cet homme. Je suis parti informer « ya chahidaa » et avec sa complicité, les parents sont venus prendre les enfants», a signalé la tante.

Pour le moment, le maître coranique reste introuvable. Et les parents ne savent pas à quel saint se vouer. Car tout ce qu’ils ont comme preuves sur l’imam Niang ne peuvent servir à son arrestation.

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom