Voici cinq choses à faire pour éviter le cancer selon l’OMS

Dans un rapport rendu public ce mardi, l’OMS alerte sur l’augmentation des cas de cancer dans le monde. Selon ses estimations, leur nombre pourrait augmenter de 60 % d’ici à 2040 et même de 81 % dans les pays les plus pauvres. Dans ces derniers, l’augmentation serait notamment liée au manque de moyens alloués à la prévention, au diagnostic et aux traitements. Mais l’Organisation mondiale de la santé liste cinq mesures préventives pouvant éviter certains cancers. 

Arrêter tout de suite de fumer !

Le tabagisme est responsable de 25 % des décès par cancer dans le monde, selon l’OMS, et d’au moins 20 types de cancers (sans compter les multiples autres maladies liées au tabac).

Chaque année, environ 2,4 millions de personnes meurent d’un cancer lié au tabac dans le monde. Sans une réelle prise en main du problème, il pourrait être la cause d’un milliard de décès en un siècle.

Réduire sa consommation d’alcool

L’alcool est un autre facteur de risques majeur, selon l’OMS, responsable de 10 types de cancers sans compter, là aussi, les multiples autres maladies qu’il peut causer.

En 2016, il était responsable de 4 à 5 % des morts par cancer, indique l’Organisation mondiale de la santé.

Attention, même une consommation raisonnable d’alcool est associée à un risque, précise l’OMS, même si, plus la consommation est basse, moins le risque est élevé.

Faire du sport et surveiller son poids

Ces dernières décennies, le nombre de personnes obèses a augmenté dans tous les pays du monde (1,9 milliard d’adultes en surpoids en 2016). En cause : un manque d’activité physique et une alimentation non saine.

S’agissant des cancers, l’obésité est responsable de 6 % des cancers du sein, 8 % des cancers du côlon et de 34 % des cancers de l’utérus. Des chiffres qui risquent d’augmenter avec le temps et l’augmentation de l’obésité, prévient l’OMS.

L’activité physique fait fortement baisser les risques de cancers du côlon, endomètre, sein, œsophage, reins, vessie, jonction gastro-œsophagienne, et de manière plus limitée les cancers du poumon, prostate, ovaires, pancréas, indique le Centre international de recherche sur le cancer.

Privilégier les aliments sains

Le Centre international de recherche sur le cancer explique que les régimes alimentaires de l’enfance puis de l’âge adulte peuvent influencer le processus de cancer.

De son côté, l’OMS recommande de privilégier les céréales complètes, les légumineuses, les légumes et les fruits. De limiter la consommation de sucres et de graisse et d’éviter la consommation de boissons sucrées.

La viande transformée est également à bannir, notamment la charcuterie industrielle, contenant des nitrites. Selon Foodwatch, Yuka et la Ligue contre le cancer, 4 000 nouveaux cas de cancer seraient causés par ces additifs, chaque année, en France.

Mieux vaut aussi limiter la viande rouge ainsi que les aliments très salés.

Se faire vacciner contre certaines maladies

L’OMS préconise la vaccination contre certaines infections, qui sont à l’origine de nombreux cancers, notamment dans les pays les moins riches.

C’est le cas de l’hépatite B : une campagne de vaccination à la naissance, notamment en Chine, où l’hépatite B est très répandue, a permis de baisser significativement le nombre de cancers primaires du foie.

Mais aussi du papillomavirus, responsable notamment du cancer du col de l’utérus. En France, ce vaccin est conseillé pour les jeunes filles et le sera, dès l’été, pour les jeunes garçons.

L’Australie, qui vaccine systématiquement les adolescents des deux sexes, est parvenu à éradiquer le cancer du col de l’utérus en dix ans. 

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom